LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Traçabilité et contrefaçon

Un QR Code pour identifier la bouteille et l’étiquette d’un vin

Vendredi 08 décembre 2017 par Alexandre Abellan

Sécurisé pr ATT et G2PI, le flacon présente sur son sceau d’identification un numéro unitaire, un QR Code spécifique, une signature graphique, ainsi qu’une gravure Datamatrix sur sa bouteille et le QR Code accompagné d’une signature graphique sur l’étiquette.
Sécurisé pr ATT et G2PI, le flacon présente sur son sceau d’identification un numéro unitaire, un QR Code spécifique, une signature graphique, ainsi qu’une gravure Datamatrix sur sa bouteille et le QR Code accompagné d’une signature graphique sur l’étiquette. - crédit photo : G2PI/ATT
Dans la lutte contre les copies, les entreprises ATT et G2PI s’associent pour proposer une protection ceinture et bretelle, associant deux supports pour un même code d’identification.

« C’est la première fois que l’on relie aussi fortement le contenu au contenant » s’enthousiasme William Hubert, le PDG de G2PI, sur le salon VS Pack (5 au 7 décembre à Cognac). À l’occasion du salon charentais du packaging, la société de traçabilité des bouteilles a dévoilé son partenariat avec l’expert de l’anti-contrefaçon Advanced Track & Trace (ATT). Cette association se matérialisant par la commercialisation d'un outil inédit de traçabilité des flacons de vins et spiritueux. En pratique, la bouteille est identifiée dès sa production avec une gravure laser unique (baptisée « Datamatrix », et réalisée à 800-600 °C sur la ligne du verrier). Le flacon est ensuite relié à un lot de vin lors du tiré bouché, puis il communiqué son code unique avec l’étiquetteuse, qui l'imprime sur la contre-étiquette au moment de l’habillage.

« Flasher le code lève tous les doutes. On peut enlever ou cacher une étiquette, mais pas copier ou modifier une sérialisation gravée dans le verre de la bouteille » souligne William Hubert. Sa société, G2PI, proposait initialement ce service d’identification des bouteilles par leur gravure aux verriers afin de suivre, en interne, la productivité et la qualité de chacun de leurs moules, fours, lignes… Balbutiant, ce système a déjà été utilisé par des opérateurs des vins et spiritueux, comme la vodka Absolut ou les champagnes Moët et Chandon (ces derniers cachant cette gravure sous la coiffe de leurs champagnes).


Le coût en suspens

Le partenariat entre ATT et G2PI se double de collaborations avec le groupe TIAMA, qui propose des lecteurs de la gravure Datamatrix, et la société Renfort, prestataire de services bordelais pour l’embouteillage, qui a installé les lecteurs de code d’identification. Le logiciel ID Pack Line d’ATT clôt la liste des investissements spécifiques nécessaires à l’utilisation de ce nouveau procédé. Ce logiciel créant une base de données collectant les données (y compris pour le suivi sur les marchés de ces bouteilles). N’ayant pas de coûts à communiquer, William Hubert estime que les investissements dans des lecteurs et une base de données tiennent « plus d’une dépense d’investissement (CAPEX) que d’un coût opérationnel (OPEX). L’amortissement se fera sur la durée. »

 

À peine visible à l’œil nu, l’authentification Datamatrix est gravée dans le verre. Photo : G2PI.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé