LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Sécurité des opérateurs

« Les solutions existent »

Mardi 05 décembre 2017 par Christelle Stef

De gauche à droite : Pierre Cayrouse, Nicolas Sourd, Gilbert Grenier, Emeric Oudin, Sonia Grimbuhler
De gauche à droite : Pierre Cayrouse, Nicolas Sourd, Gilbert Grenier, Emeric Oudin, Sonia Grimbuhler - crédit photo : Christelle Stef
Les viticulteurs estiment qu’ils ne sont pas assez informés sur l’impact des produits sur leur santé. Mais pour réduire leur exposition, des solutions existent.

Comment les viticulteurs appréhendent-ils leur exposition aux produits phytosanitaires ? Quelles solutions selon eux pour réduire cette exposition lors des différentes phases (préparation de la bouillie, traitement, nettoyage). Pour le savoir, Nicolas Sourd, conseiller viticole à la chambre d’agriculture de l’Aude et animateur régional Ecophyto a interrogé  des vignerons. Il a donné les résultats de son sondage lors de la conférence sur la sécurité des opérateurs, le 30 novembre lors du Sitevi. En premier lieu, les viticulteurs estiment que s’ils sont bien informés des caractéristiques techniques d’un produit (spectre d’efficacité, rémanence), ils le sont peu sur son impact sur la santé. Puis, pour ce qui est des moyens de réduire l’exposition, ils ne manquent pas d’idées. Ils aimeraient que les fabricants de produits améliorent encore les emballages, que les constructeurs mettent les incorporateurs de série sur les pulvérisateurs, qu’il y ait des systèmes de débouchage automatique des buses…

Closed transfert System

Mais les choses avancent. Gilbert Grenier, enseignant-chercheur à Bordeaux Sciences-Agro a ainsi vanté le système Dynajet Flex de Teejet qui permet de garder une pression constante quelle que soit la vitesse d’avancement, ce qui améliore la qualité de la pulvérisation.

Sonia Grimbuhler, de l’Irstea a ré-insisté sur l’intérêt des incorporateurs. Et pour améliorer les choses, constructeurs et firmes phytosanitaires travaillent sur le système Closed transfert system, une norme pour sécuriser le transfert du bidon vers pulvérisateur.

Cabines de niveau 4, le top

Elle a également rappelé qu’au niveau des tracteurs, ce sont les cabines de niveau 4 qui assure la meilleure protection de l’opérateur. Pierre Cayrouse, de New Holland a expliqué que sa société avait ainsi opté pour de telles cabines  pour ses tracteurs et ses machines à vendanger.

« Aujourd’hui des solutions existent sur le marché », a conclu Emeric Oudin, d’Axe environnement. Mais selon lui elles ne sont pas assez promues sur le terrain.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé