LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Biocontrôles viticoles

Actinobactéries et huiles essentielles contre l’ochratoxine A

Mardi 14 novembre 2017 par Alexandre Abellan

Au vignoble, l’OTA est produite par des spores d’Aspergillus carbonarius (selon une voie de biosynthèse non-élucidée). Au centre le témoin, à gauche le résultat avec des huiles essentielles, à droite avec des actinobatéries.
Au vignoble, l’OTA est produite par des spores d’Aspergillus carbonarius (selon une voie de biosynthèse non-élucidée). Au centre le témoin, à gauche le résultat avec des huiles essentielles, à droite avec des actinobatéries. - crédit photo : ENSAT
Avec de premiers résultats prometteurs au laboratoire, la gestion des populations d’Aspergillus carbonarius est désormais à tester en serre.

« Dans la lutte contre l’ochratoxine A (OTA), les méthodes curatives au charbon actif ou au caséniate de potassium ont des effets négatifs sur la qualité des produits finis. Tandis que les fongicides peuvent conduire à des résultats contre-productifs, stressant les champignons et amenant à plus de production d’OTA » souligne le professeur Florence Mathieu (laboratoire de génie chimique INP-ENSAT). Ce 10 novembre, lors des rencontres toulousaines du cluster Vinseo, la chercheuse présentait une stratégie de gestion de l’OTA par biocontrôles. Ses équipes ont ainsi testé des huiles essentielles de plantes et herbes (cumin, fenugrec, laurier, mélisse, menthe et sauge) et des surnageants de cultures de bactéries filamenteuses du sol (actinobactéries).

Les premiers essais en laboratoire sur des cultures d’Aspergillus carbonarius (responsable de la production de la mycotoxine) donnent des résultats prometteurs. Florence Mathieu rapporte des réductions par rapport au témoin de 80 % de la production OTA pour les huiles essentielles et de 75 % pour les co-cultures d’actinobactéries et d’Aspergillus carbonarius. Avec, à chaque fois, une bonne croissance fongique constatée. Ces moyens de lutte alternative doivent désormais passer l’étape délicate de l’expérimentation en phytotron, avant de passer aux tests de plein champ.

Toxicité

Si la si toxine se rencontre de moins en moins au vignoble, Florence Mathieu souligne que « sa toxicité est avérée. C’est un carcinogène potentiel pour l’homme, dont une réglementation européenne limite à 2 microgrammes par litre la teneur dans le vin ».

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé