Sur le premier trimestre 2017/2018

Pernod Ricard prend un bon départ

Jeudi 19 octobre 2017 par Marion Sepeau Ivaldi

Le groupe mondiale entame son nouvel exercice 2017/2018 sur une orientation positive de son chiffre d'affaires.
Le groupe mondiale entame son nouvel exercice 2017/2018 sur une orientation positive de son chiffre d'affaires. - crédit photo : DR
Le chiffre d'affaires du deuxième groupe mondial de spiritueux, Pernod Ricard, a progressé de 2% au premier trimestre de son exercice décalé 2017-18, à 2,3 milliards d'euros, freiné par un effet de change négatif.

La croissance organique du groupe ressort à 5,7%, hors effets de change négatifs avec le dollar américain, le yuan chinois et la livre britannique.
Le groupe français confirme par ailleurs son objectif d'atteindre une croissance organique du résultat opérationnel courant comprise entre 3% et 5% sur l'exercice, indique-t-il jeudi dans un communiqué.
La croissance des ventes s'est maintenue aux Etats-Unis. Dans l'ensemble de la zone Amériques, elle atteint 6% à 652 millions d'euros, grâce notamment à une accélération des ventes dans les aéroports («travel retail») sur le continent.

Hausse du chiffre d'affaires européen


Le chiffre d'affaires européen est en hausse de 3% à 682 millions d'euros, et le communiqué relève de «très fortes ventes en Europe de l'Est et une hausse modeste en Europe de l'Ouest, avec un fort dynamisme en Allemagne et au Royaume-Uni mais un déclin en France et un démarrage lent en Espagne».
La zone Asie/Reste du monde voit ses ventes croître de 7%, alors qu'elles étaient restées stables au premier semestre 2016/17. Pernod Ricard souligne que la Chine a connu un «très bon premier trimestre», et que les ventes dans les aéroports rebondissent en Afrique et au Moyen-Orient.
Par ailleurs, les marchés émergents accélèrent leur croissance à 10%, selon le groupe.
L'amélioration de la croissance du groupe provient essentiellement de ses marques stratégiques internationales, en hausse de 8%, alors que les marques locales n'ont progressé que de 2% en raison notamment d'une croissance encore faible des whiskies Seagram sur le marché indien (3e marché du groupe) qui souffre d'une loi bannissant la vente d'alcool aux abords des autoroutes («highway ban»).
 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé