LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Biocontrôle

La vigne bientôt soignée aux UV ?

Mercredi 20 septembre 2017 par Juliette Cassagnes

Photographie du prototype de la start-up UV Boosting. La version commerciale sera adaptable sur un tracteurPhotographie du prototype de la start-up UV Boosting. La version commerciale sera adaptable sur un tracteur - crédit photo : site franceagrimer
Un nouvel outil de traitement aux ultra-violets est actuellement en cours de développement sur vigne. Il vise à accroître ses défenses naturelles et devrait donc permettre de diminuer les traitements fongicides. Ses premiers résultats semblent prometteurs contre le mildiou et l’oïdium.

Une start-up, du nom d’UV Boosting, a été créée début 2017 entre des chercheurs des universités d’Avignon (laboratoire Qualisud), de Montpellier et du CNRS, la SATT Sud-Est (pour le transfert de technologies) et TechnoFounders, startup-studio spécialisée dans la création de start-ups technologiques issues de la recherche française. L’objectif de celle-ci : accélérer le développement d’un nouvel outil de biocontrôle en viticulture utilisant les ultra-violets.

Se présentant sous la forme d’une grosse lampe, son principe consiste à "traiter" la vigne avec des flashs UV localisés sur les feuilles, à une longueur d’ondes et une puissance « spécifiques ». Ces rayonnements stimulent les défenses naturelles de la plante, en activant un mécanisme d’excitation cellulaire « par cascade ». Cette nouvelle méthode de lutte physique est donc censée renforcer la résistance de la vigne vis-à-vis notamment du mildiou, de l’oïdium ou encore du botrytis, donc in fine permettre de diminuer « de façon significative » les quantités de fongicides utilisés.

De bons premiers résultats

Encore au stade de prototype, l’outil a déjà fait l’objet d’essais en serres, sur pots, puis en conditions « réelles » sur des parcelles de vignes expérimentales de l’IFV, lors de l’année 2017, contre le mildiou et l’oïdium. Des rangs ont été flashés aux UV, à la même fréquence que des traitements fongicides classiques, et comparés avec des rangs témoins traités uniquement de façon chimique. « Les premiers résultats sont bons », indique Yves Matton, l’un des fondateurs de la start-up. L’expérimentation se poursuivra lors de la campagne phytosanitaire 2018. Si ces essais sont concluants, cette technologie pourrait être disponible sur le marché d’ici fin 2018.

La lampe à UV sera montée sur un outil portatif à installer derrière un tracteur. Son coût avoisinera les 15000€. « Mais il faut le considérer comme un investissement, qui sera rapidement amorti compte-tenu du coût des traitements fongicides économisés », précise Stéphane Moutard, Chargé de transfert de technologies, de la Satt Sud-Est.

UV Boosting a été lauréat du 1er prix concours "innovations pour l’agriculture" technopole Agrinove et a été retenu lors de l’appel à projet FranceAgriMer « 2i2a ».

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé