LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Un contentieux qui dure

Les crémants refont opposition au Pays d’Oc mousseux

Vendredi 15 septembre 2017 par Bertrand Collard

La Fédération demande que soit fixée la méthode de prise de mousse autorisée pour les IGP, afin de clarifier le positionnement de ce segment et que les consommateurs sachent à quoi s’en tenir.
La Fédération demande que soit fixée la méthode de prise de mousse autorisée pour les IGP, afin de clarifier le positionnement de ce segment et que les consommateurs sachent à quoi s’en tenir. - crédit photo : Photo by Anthony DELANOIX on Unsplash
La Fédération nationale des producteurs et élaborateurs de Crémant juge les conditions de production de Pays d'Oc mousseux bien trop larges pour être acceptables.

Pour la Fédération nationale des producteurs et élaborateurs de Crémant, c’est toujours non. Non à la possibilité pour l’IGP Pays d’Oc de produire des mousseux. En tous cas, dans les conditions définies dans la nouvelle version du cahier des charges de cette IGP qui a été soumise à une procédure nationale d’opposition (PNO) entre le 25 mai et le 25 juillet.

« Quel produit cela donnera-t-il ? On est dans le flou »

Pour les producteurs de Crémant, les conditions de production de mousseux en Pays d’Oc sont bien trop larges. « Cent vingt cépages sont autorisés sur presqu’un quart du territoire national. Et le cahier des charges n’impose pas de méthode de prise de mousse. Quel type de produit cela donnera-t-il ? On est dans le flou. Nous avons fait opposition sur ces trois critères », indique Olivier Sohler, le directeur de la fédération des crémants.

La Fédération demande que soit fixée la méthode de prise de mousse autorisée pour les IGP, afin de clarifier le positionnement de ce segment et que les consommateurs sachent à quoi s’en tenir.

Nouvelle intervention devant le Conseil d'Etat

« Si on ne tient pas compte de nos observations, nous nous réservons de droit d’intervenir une nouvelle fois devant le Conseil d’Etat. Nous ne sommes pas protectionnistes. Nous ne voulons pas empêcher d’autres régions de produire des effervescents. Mais nous voulons une hiérarchisation de l’offre », prévient Olivier Sohler.

C’est le 14 décembre 2016 que le Conseil d’Etat a annulé la possibilité pour Pays d’Oc de produire des mousseux, à la demande de la fédération des crémants. Le Conseil d’Etat avait reproché à l’IGP de ne pas avoir établi « l'antériorité de la production de vins mousseux de qualité » dans sa zone géographique.

Une histoire qui remonte aux Romains

Pour apporter la preuve du contraire, le syndicat a fait feu de tout bois. Il a détaillé l’histoire de la production d’effervescents dans le Languedoc sur trois pages, la faisant remonter à l’époque romaine. Il a rappelé que la méthode Charmat a été inventée à Montpellier et brevetée en 1907.

Dans son argumentation, on relève même une belle coquille : « La présence élevée de polysaccharides (protéines mises en évidence par les chercheurs de Sup Agro Montpellier comme profil spécifique des vins locaux) », indique la version du cahier des charges soumises à la PNO.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé