LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Campagne 16/17 vrac

En Pays d’Oc, la qualité a payé

Lundi 04 septembre 2017 par Marion Sepeau Ivaldi

Avec une hausse de prix importante en 2014, le chardonnay Pays d'Oc a du mal à se confronter à la concurrence internationale.
Avec une hausse de prix importante en 2014, le chardonnay Pays d'Oc a du mal à se confronter à la concurrence internationale. - crédit photo : DR
En volume, le bilan de la campagne 16/17 vrac d’IGP Pays d’Oc peut se résumer ainsi : retour à la normale, selon Pays d'Oc. L’année a été surtout marquée par un intérêt des acheteurs pour les produits de qualité.

Le bilan de la campagne 16/17 du vrac Pays d’Oc qui a été vécu comme très difficile par la production, est au final beaucoup moins sombre. Globalement, les volumes d’IGP Pays d’Oc sont en retrait de 10,5 % par rapport à la précédente campagne généreuse (13,6 millions d’hl produits) et de 5,6 % en valeur. Mais Inter’Oc relativise le recul du marché vrac, en se référant aux chiffres des campagnes passées. L’interprofession indique que 5 077 881 hl ont été commercialisés, proche de la moyenne quinquennale (calculée entre 10/11 et 14/15) qui s’établit à 5,2 millions d’hl. La perte de commercialisation serait alors de 120 000 hl, assure Inter’Oc. En clair, le bateau amiral de la région languedocienne ne prend pas l’eau. Il revient juste à des standards de commercialisation que la vendange importante de 2015 avait peut-être fait oublier.

Reste que l’on ne peut nier les reculs de volume et des prix saillants dans certaines catégories. Les blancs inquiètent, en particulier les chardonnays et les sauvignons qui perdent respectivement 14,1 % et 15,5 % en volume. En rosé, grenache et cinsault sont aussi à la peine.

La qualité en question

Alors, pourquoi cette hétérogénéité avec des situations dans la normale et des cas préoccupants ? Une question de qualité, répondent en chœur production, courtier et négoce. « Si certains producteurs ont connu des difficultés de commercialisation durant la campagne 16/17, c’est lié à la qualité. Nous sommes face à un gros problème avec des producteurs qui ne font pas le rendement et un rapport qualité/prix qui n’est pas en phase avec le marché » pose sans ambages Jean-Marc Le Méhauté, courtier. L’analyse fait d’ailleurs l’unanimité. « Aujourd’hui, c’est le facteur essentiel de la réussite » reconnaît Bruno Manzone, de la Cave des Vignerons créateurs (fusion des caves de Bellegarde, Jonquières, Saint-Vincent, Manduel et Saint- Gilles). « Nous recherchons des vins de qualité, suffisamment concentrés, mûrs, avec du gras. Ces vins sont tout à fait capables d’affronter la concurrence internationale. Nos expéditions d’IGP Pays d’Oc sont d’ailleurs en croissance. Et nous achetons ces vins dans la moyenne des prix pratiqués, voire dans la fourchette haute » précise Xavier Roger, de LGI, spécialiste de l’export (30 000 cols/an).

Cette analyse peut paraître un peu éloignée des multiples alertes lancées durant l’année face à la concurrence espagnole. Elle interroge aussi. Y a-t-il eu un relâchement de certaines caves quand à la sélection des raisins ? La date de vendange est-elle toujours bien réfléchie en fonction de la maturité optimale ? Certains pensent qu’après plusieurs campagnes de hausse de prix, durant lesquelles le facteur qualitatif n’entrait pluss en compte dans la fixation du prix, des producteurs ont relâché leurs efforts.

Difficultés sur le chardonnay

Mais, il y a aussi d’autres facteurs qui ont induit des baisses de commercialisation. En chardonnay, notamment. « La hausse de 40 % du prix en 2014 n’a pas été absorbée par le marché. Celui-ci ne peut franchir la barre des 100 euros, sinon, le prix au consommateur est trop élevé par rapport à d’autres origines » commente Xavier Roger qui estime que ce sera un bon compromis de ne pas dépasser les 100 euros pour le chardonnay lors de cette campagne. Pour Jean-Marc Le Méhauté, il faudrait passer dans la fourchette des 95/100 euros. Des prix qui risquent d’avoir du mal à passer auprès des producteurs qui font face à une vendange historiquement faible.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé