Champagne

Roederer labellisé Entreprise du Patrimoine Vivant

Lundi 21 août 2017 par Alexandre Abellan

Décerné par la Commission Nationale des Entreprises du Patrimoine Vivant, ce label est décerné pour cinq ans.
Décerné par la Commission Nationale des Entreprises du Patrimoine Vivant, ce label est décerné pour cinq ans. - crédit photo : Champagnes Roederer
Le savoir-faire vigneron de la maison Louis Roederer vient d’être reconnu par le label d’État, qui est actuellement porté par une trentaine d’entreprises dans le vignoble français.

Remis par le ministère de l’Économie, le label Entreprises du Patrimoine Vivant (EPV) vient d’être décerné cet été aux champagnes Louis Roederer. Revendiquant son indépendance, la maison familiale de Reims se flatte d’avoir toujours produit ses vins à partir de ses propres vignes. Une maîtrise de la production atypique parmi les grandes maisons de Champagne, et qui démontre d’un savoir-faire unique distingué par le label EP.

Avec 240 hectares en propre, la maison Roederer commercialise annuellement 3 millions de cols. Réputés pour leur cuvée Cristal, les champagnes Roederer s’insèrent cependant dans un véritable groupe viticole. La famille Rouzaud possède également les champagnes Deutz (Aÿ), les châteaux Pichon Longueville Comtesse de Lalande (Pauillac), Haut-Beauséjour et Pez (Saint-Estèphe), sans oublier les domaines Ott en Provence.

Autres labels champenois

« Distinguant les entreprises françaises aux savoir-faire artisanaux et industriels d’excellence », le label Entreprises du Patrimoine Vivant a été créé par la loi en faveur des PME du 2 août 2005 (article 23). Ce label est aujourd’hui porté par une trentaine d’entreprises de la filière des vins et spiritueux. En Champagne, le fournisseur de muselets Valentin (Épernay) a également vu son label EPV reconduit cet été. La distinction est aussi arborée par les bouchons champenois Oller & Compagnie, ainsi que les champagnes Gosset. Tandis que les champagnes Bollinger seraient en train de reconduire leur dossier.

« Appui opérationnel au développement des entreprises concernées », le label donne accès à deux crédits d’impôt. L’un pour l’apprentissage (2 200 euros par apprenti et 15 % de réduction pour la création de nouveaux produits) et l’autre pour les métiers d’art (15 % des salaires et charges sociales « directement affectés à la création d'ouvrages réalisés en un seul exemplaire ou en petite série »).

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé