Oenotourisme régional

InterRhône revisite sa stratégie

Vendredi 16 juin 2017 par Juliette Cassagnes

Les Rendez-vous de l'Oenotourisme, organisés par InterRhône, avaient lieu ce mardi 13 juin 2017 à Avignon, au Palais des Papes
Les Rendez-vous de l'Oenotourisme, organisés par InterRhône, avaient lieu ce mardi 13 juin 2017 à Avignon, au Palais des Papes - crédit photo : J.Cassagnes
La multiplication des acteurs en place dans le tourisme a poussé InterRhône à revoir sa stratégie concernant l'oenotourisme. Cette remise à plat devrait la rendre plus efficiente.

Lors des « Rendez-vous de l'oenotourisme » qui se sont tenus ce mardi 13 juin 2017 à Avignon, l'interprofession rhodanienne a annoncé avoir « revisité » sa stratégie concernant le développement de l'oenotourisme. Un travail a été effectué une grande partie de l'année 2016 pour la « retravailler » et « remettre à plat » le plan d'action. Le contexte a en effet beaucoup évolué depuis environ cinq ans : « S'il y a 15 ans nous étions le seul acteur en place, ce n'est plus le cas aujourd'hui, avec de plus en plus d'opérateurs, d'institutionnels ou de privés, intéressés par l'oenotourisme, qui a plus le vent en poupe », justifie Jessica Debiève, en charge de la question chez InterRhône.

Cette « remise à plat » a permis de distinguer les missions pour lesquelles l'interprofession avait dépassé son champ de compétence, et qui peuvent donc désormais être gérées par les autres acteurs, de celles qui sont réellement de son ressort, et donc à amplifier.

Une stratégie déployée en 4 axes

Elle se concentrera désormais sur quatre missions principales : la professionnalisation de l'accueil par les vignerons et négociants, avec à la clé un renforcement de la formation, la structuration des territoires, en s'appuyant sur les réseaux Vignobles & découvertes, un soutien accru aux acteurs locaux du tourisme : « Nous ferons moins de promotion directement auprès des touristes étrangers pour les faire venir, ce n'est pas notre rôle, mais nous viendrons plus en back-office pour former et accompagner les professionnels du tourisme, nos prescripteurs locaux, afin de les inciter à intégrer l'oenotourisme dans leurs offres », préciseJessica Debiève. Et enfin, le dernier volet, la communication, qui sera plus locale et moins internationale, car plus du ressort des offices de tourisme régionaux. Une prochaine campagne de communication, déclinée par appellation, sera d'ailleurs lancée prochainement dans la région.

Plus que des économies de budgets, cette « revisite » devrait permettre leur optimisation.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé