LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Plafond théorique

Le rendement Cognac bondit à 12 hl AP/ha, nonobstant le gel

Vendredi 26 mai 2017 par Alexandre Abellan

En cette fin mai, les lignes de démarcation thermiques entre terroirs sont nettement visibles dans le vignoble charentais, entre zones complètement brûlées et parcelles en timide reprise de végétation.
En cette fin mai, les lignes de démarcation thermiques entre terroirs sont nettement visibles dans le vignoble charentais, entre zones complètement brûlées et parcelles en timide reprise de végétation. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
En hausse de 9 %, le plafond de production répond moins à la réalité d’un millésime gelé qu’aux besoins de commercialisation. Et à la volonté de ne pas perdre une goutte de production.

En 2017, le rendement de l’appellation Cognac vient d’être fixé à 12 hectolitres d’alcool pur/hectare par la section d’Organisme de Défense et de Gestion (ODG) du Bureau National Interprofessionnel du Cognac (BNIC). Suivant une nouvelle fois l’orientation de l’assemblée plénière de l’interprofession charentaise, l’ODG s’inscrit dans la mise en application du Business Plan de la filière. Avec une hausse de 9 % par rapport au rendement 2016, ce niveau plafond doit permettre d’alimenter une consommation export toujours croissante (avec 182 millions de cols expédiés sur l’année mobile s’achevant en mars 2017, soit +6 % sur l’année, dans la continuité performances records sur l’année 2016).

Alors que les vignes charentaises semblent peiner à redémarrer à la suite des gelées de la fin avril, ce rendement semble d’ores et déjà difficile à atteindre. Si les dégâts sont encore difficilement estimables avant la floraison (on parle officiellement de 25 000 hectares touchés en moyenne à 80 %, et de 15 000 ha à un moindre degré), il semble sûr que le rendement plafond restera plus accessible que théorique en 2017. « L’épisode de gel des 27 et 28 avril 2017 n’est pas pris en compte dans la détermination du rendement annuel Cognac 2017 » précise un communiqué du BNIC. Qui ajoute que cette perte de récolte sera répercutée pour la production 2018.

Réserve climatique

Avec la petite récolte qui s’annonce, le recours à la réserve climatique s’annonce incontournable. Mais les élus du vignoble annoncent déjà que ce stock ne sera pas suffisant pour atténuer la chute de production. D’autant plus qu’après une généreuse récolte 2015 (avec un rendement moyen de 12,4 hl AP/ha), le rendement a chuté en 2016 (-16 %, à 10,4 hl AP/ha*). Un repli déjà causé par le gel printanier, mais aussi la grêle et la sécheresse estivale.

À noter que le rendement 2017 ne précise pas de valeur minimal, plancher. La valeur plafond a quant elle été notifiée au Comité Régional de l’Institut National de l’Origine et de la Qualité (CRINAO). Une fois validé, il sera soumis au ministère de l’Agriculture pour être retranscrit par arrêté.


* : Bien en deçà du rendement maximal arrêté à 11,02 hl AP/ha.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé