LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Corbières

Les caves Rocbère misent leur survie sur le foncier viticole

Lundi 22 mai 2017 par Alexandre Abellan

Pour relancer l’exploitation de zones en friche, la cave a cartographié les zones d’intérêt, comme ici sur la commune de Bizanet.Pour relancer l’exploitation de zones en friche, la cave a cartographié les zones d’intérêt, comme ici sur la commune de Bizanet. - crédit photo : Caves Rocbère
Face à une pyramide des âges vieillissante, et menaçante, l’union coopérative languedocienne demande une subvention régionale de 50 000 euros pour soutenir les projets de pérennisation de son foncier.

« Si l’on ne prend pas d’actions aujourd’hui, dans cinq ans les caves Rocbère n’existeront plus » alerte Philippe Dunoguier, le directeur de l’union coopérative (1 200 hectares de vigne pour 45 000 hectolitres en 2016*). Alarmiste, cet avertissement se base sur une enquête réalisée en 2016, qui a conclu que 50 % des 190 adhérents de la cave ont plus de 50 ans. Et que 21 adhérents arrêteront prochainement leurs activités, sans avoir de repreneurs identifiés (ce qui représente 15 % des apports de la cave).

A LIRE AUSSI

La transmission de l'entreprise familiale dans le secteur viticole
Principaux enjeux
Vignoble rhodanien
Un foncier viticole à deux vitesses

Pour résoudre cette menace sur son avenir, les caves Rocbère ont répondu à l’appel à projet Terra Rural de la région Occitanie, qui vise au soutien/maintien de l’activité agricole. Pour remporter cette subvention de 50 000 euros, l’union compte mobiliser ses adhérents lors de la réunion d’information du 23 mai (à Portel-des-Corbières). Porté par le conseil d’administration de la cave, présidé par Gilles Frances, le projet doit aboutir à la constitution d’un groupe de travail avec de adhérents.

Plan d’actions

Avec le soutien de la Chambre d’Agriculture de l’Aude (CA 11), la coopérative prévoit d’abord de monter une bourse immobilière interne. L’idée est de recenser l’offre des cédants et les demandes des repreneurs. Ayant identifié 1 300 ha de friches viticoles dans ses environs, l’union se donne pour objectif d’en remettre en exploitation 100 ha pour la fin 2018. Qu’il s’agisse de vignes non-cultivées, embroussaillées ou abandonnées après la crise viticole, Rocbère propose une valorisation locative aux propriétaires (fermage, prêt à usage, constitution d’une association foncière…). L’union pourrait reprendre jusqu’à 25 ha en « pépinière », par une préemption permettant de créer un tremplin à l’installation.

Le programme prévoit également la rédaction d’une charte d’accueil pour les nouveaux adhérents. Qu’ils soient jeunes ou en reconversion professionnelle. Ce guide doit expliquer les dispositifs disponibles aux exploitations : avance de trésorerie, aide administrative pour les nouvelles autorisations de plantation, tutorat viticole…

 

* : Sachant que le millésime 2016 a été particulièrement touché par la sécheresse et que la production 2015 était de 60 000 hl.

Plan stratégique

Ce projet foncier constitue le dernier volet du plan stratégique « Rocbère 2018 » (lancé en 2014). Affichant une nette hausse des rémunérations (+40 % depuis 2012, en partie gestion mais aussi prix marché), Philippe Dunoguier estime que l’assainissement économique de la cave est achevé. Il continue à oeuvrer pour le redéploiement commercial, notamment avec un business plan pour l’export qui a été élaboré avec Sud de France Développement. Devant être adopté par le conseil d’administration des caves Rocbère en juin prochain, ce plan se focalise sur le Benelux et les Etats-Unis. Son objectif étant d’augmenter à terme de 30 % ses volumes commercialisés conditionnés, et donc plus valorisés (pour passer à un million d’équivalents cols).
 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé