LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

E-commerce

« Nous voulons devenir l’un des plus gros opérateurs du commerce mobile »

Mardi 09 mai 2017 par Marion Sepeau Ivaldi

De gauche à droite : Heini Zacharienssen, CEO de Vivino et Paul Guillet, Country manager France.
De gauche à droite : Heini Zacharienssen, CEO de Vivino et Paul Guillet, Country manager France. - crédit photo : Marion Sepeau Ivaldi
Alors que Vivino Market, la place de marché de Vivino est lancée ce jour, rencontre avec Heini Zachariassen, CEO de Vivino et Paul Guillet, Country manager France qui ont accordé à Vitisphere une interview en exclusivité.

L’objectif est clair et le discours direct. Le projet de Vivino, en France, est de s’imposer comme le site incontournable de la distribution de vin sur Internet, voire le leader sur le créneau du commerce mobile. Ce que Heini Zachariassen, CEO de Vivino, résume, ainsi, de sa voix posée : « Nous voulons devenir le plus gros opérateur d’e-commerce en France. Nous pensons que le commerce mobile va se développer fortement dans les années qui viennent. Nous voulons être le plus gros opérateur de commerce mobile ». Et cette ambition est loin d’être inatteignable même si aujourd’hui, le réflexe des Français n’est sans doute pas de se jeter sur l’application Vivino pour acheter son vin préféré : sites de ventes privées, discounter, sites de cavistes occupent une belle place sur le créneau du commerce en ligne.

Mais, dans un secteur du web, où tout est fluctuant et où les cartes peuvent se rebattre facilement, l’objectif de Vivino est loin d’être un projet de doux rêveur. L’entreprise a en main un atout que les autres n’ont pas : des millions de données sur les préférences des consommateurs dans le monde. Et c'est leur valorisation et leur exploitation dont il est question, avec le lancement ce 9 mai, de la place de marché de Vivino.

Recommandation personnalisée

Concrètement en quoi Vivino market est-il différent ? L’utilisateur photographie l’étiquette de vin et l’application lui propose de l’acheter via sa market place. L’applicaton lui propose également une liste de vin qui ont plu à d’autres utilisateurs de Vivino tout en prenant en compte ses propres inclinations.  Petit à petit, l'algorithme de Vivino apprend les goûts des utilisateurs et devient de plus en plus précis dans la recommandation. De quoi sans doute attirer les 1,4 millions d'abonnés Français (Vivino en gagne 1500 par jour).

Achat ultra-facilité

Cette proposition est déclinée par grandes thématiques : un pays, une région viticole, un cépage,… Elle apparaît sous une présentation horizontale, ce qui n’est pas sans rappeler « Netflix », application de visionnage de vidéos à laquelle Hein Zachariensen compare volontiers Vivino. L’achat est ultra-facilité grâce à Apple-pay qui permet le « click and buy ». « En 50 secondes, l’achat est réalisé. C’est un nouveau moyen d’acheter du vin de manière ultra-facile sur Internet ».

Le second atout de la market place est le nombre de références gigantesques. Pour parvenir à construire cette caverne d’Ali baba, l’entreprise a créé un tissu de fournisseurs (13 000 distributeurs de part le monde), ses « partners », qui vendent les vins sur sa market place. « En France, nous visons une trentaine de partners » indique Paul Guillet. Des grands noms de la vente de vin sur Internet se sont montrés intéressés, notamment Millesima.

Des ventes flash

La réussite de cette nouvelle fonctionnalité dépendra de son adoption par les utilisateurs. Il faut inscrire la marque et susciter le réflexe. Lancée tout récemment, l’offre propre de Vivino, basée sur des ventes flash, soit une quarantaine de références permanentes, est sans doute l’un des leviers. Les emails réguliers envoyés aux utilisateurs créent un climat de confiance, inscrivent la marque grâce à la répétition et associent Vivino à une capacité à proposer tarifs négociés, de quoi séduire et fidéliser sa clientèle. Pour ce service, Vivino dispose d’entrepôt logistique chez Dartess à Bordeaux, lui permettant de proposer de la vente à l’unité. La livraison, gratuite dès l’achat de 12 bouteilles, se fait sous 48 à 72 heures. En moyenne, trois références sont commandées pour un panier moyen de 250 euros/HT et majoritairement grâce aux téléphones mobiles qui représentent 60 % des achats.

Quel sera la réussite de la market place en France, l’un des plus grands consommateurs au monde ? Après les Etats-Unis, l'Allemangne..., c'est en Grande-Bretagne que le dernier lancement de la nouvelle fonctionnalité a eu lieu en mars dernier. « Nous sommes très contents des résultats » affirme Heini Zacharienssen, sans donner de précisions chiffrées. La market place doit être étendue à différents marchés dans le monde. La Chine ? Heini Zacharienssen en caresse l’idée. « C’est un vrai challenge. Nous ne sommes pas très forts dans ce pays où les réseaux sociaux et les moteurs de recherche sont différents des nôtres. Mais c’est le marché où le e-commerce et le plus important du monde ». Un projet pour l’année prochaine ?

Vivino en chiffres

- 23 millions d'utilisateurs dans le monde, objectif : 27 millions à la fin 2017

-10 millions de vins référencés

- 200 000 propriétés vinicoles référencées, dont 64 000 françaises

- 500 000 étiquettes scannées par jour en moyenne

- 90 employés de part le monde

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé