Bâtir une image

Les vins de la Méditerranée vus par trois Master of Wine

Lundi 20 février 2017 par Anne Schoendoerffer

Une soixantaine de participants ont plébiscité les master class proposées par Vinisud cette fin janvier 2017.
Une soixantaine de participants ont plébiscité les master class proposées par Vinisud cette fin janvier 2017. - crédit photo : Anne Schoendoerffer
Trois femmes, Masters of Wine, ont animé les masterclass de Vinisud 2017. Pendant trois jours, ces élites du vin, avenantes et ouvertes, ont décrypté les vins de la méditerranée. Avec leur regard international et leur enthousiasme. Riche d’enseignements. Revue d'ambiance au cœur de trois masterclass.

"Le Pic Saint-Loup ? Personne ne sait où c’est "

“Les petites AOP plaisent aux gens comme nous (#WineLover sans aucun doute, NDLR) mais pour les consommateurs, c’est trop compliqué. Qui va payer un article sur le Pic Saint-Loup alors que personne ne sait où c’est ?” lance Elizabeth Gabay, la Master of Wine anglaise (1998), lors de la masterclass ‘Le Pic Saint-Loup au sommet : voyage au cœur d’une appellation’, à Vinisud 2017. Le propos est surprenant voire déconcertant pour cette nouvelle appellation à part entière (depuis septembre 2016). Car le Pic Saint-Loup est une des AOC la plus connue du Languedoc. Preuve en est : cette conférence fait salle comble. Nombreux sont ceux qui n’ont pu y assister, faute de place.

“Est-ce qu’il y a des vignerons dans la salle ?” demande-t-elle ? Apparemment, non. Aucun doigt ne se lève. Pendant une heure, acheteurs, journalistes, français, étrangers écoutent attentivement les propos d'Elizabeth Gabay. Et ceux de l’américaine Christy Canterbury (MW 2011), en direct, mais en visio conférence, bloquée à New-York à cause des manifestations anti-Trump. Histoire, géologie, climat, sol, cépages sont expliqués clairement, avant la dégustation de 6 vins de 2013, “millésime exceptionnel en Languedoc - contrairement aux autres régions viticoles françaises - et au grand potentiel de garde”, souligne-t-elle. En conclusion, Elizabeth s'interroge sur la présence d’une typicité des vins dégustés. Est-ce le côté minéral ou fruité, ressentis lors de la dégustation ? Les styles sont différents, tout comme les vignerons.

Les AOC du Languedoc : "on regarde les vignerons, moins les appellations"

C’est d’ailleurs un des messages transmis lors de la masterclass précédente ‘Les AOC du Languedoc plébiscitées à l’International : les raisons du succès ?’. “En Languedoc, il y a beaucoup de petites appellations et de petits bijoux. L’un de leurs succès tient à la personnalité des vignerons de la région. Ce sont des artistes qui parfois se regroupent dans des associations, comme celle des outsiders. Ils n’hésitent pas à enfreindre les règles. Du coup, on regarde les vignerons, moins les appellations”.

Le Languedoc n’est donc, pour l’Anglaise, pas forcément connu pour ses appellations. Et de préciser “nous sommes ici pour découvrir pourquoi il devrait également être connu pour ses AOC”. Elle met en exergue de nombreux points comme l’authenticité des terroirs, la diversité de ses vins (tranquilles, effervescents, VDN), l’excellent rapport qualité/prix. Et déclare : “ cette région dynamique est novatrice. Le Languedoc est le nouveau monde du vieux monde”. Lors de la dégustation de 11 vins sur 11 AOC différentes, elle parle du trio GSM (pour grenache, syrah, mourvèdre). La Master of Wine conseille aussi : “vous parlez de ‘garrigue’. Mais à l’étranger personne ne connaît. Vous devez expliquer ce concept (entre autres) car c’est ce caractère des vins que les consommateurs aiment”.

Rosé de la Méditerranée : "au-delà d’une amourette d’un été”

Le simple #drinkrosé rassemble 6 millions d'utilisateurs aux USA”, lance Sarah Abbott (MW 2008) en introduction au masterclass ‘Rosé de Méditerranée : styles et diversité’. “A Londres, les restaurants vendent du rosé toute l’année. Les plus iconiques tout au moins, c’est-à-dire ceux à 150 € la bouteille” précise-t-elle, avant de souligner que “ c’est une très bonne chose pour la France. Car ses vins sont intrinsèquement liés à la qualité de la vie de cette région et sont légitimes”. Elle préconise ainsi de créer des liens entre la France et l’art de vivre à la méditerranéenne , “au-delà d’une amourette d’un été”, pointe-t-elle.

De nombreux autres éléments ont été décryptés par ces brillantes Master of Wine. Comme le résume si bien une dégustatrice présente lors de ces masterclass “Elizabeth Gabay, tout comme Sarah Abbott, ont su créer une ambiance et communiquer leur enthousiasme pour les vins de la région”. Avec leur regard international. Comme on dit en anglais, “good job” !

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé