Vins de Bergerac

Eric Chadourne prend la tête de la Fédération avec un « bouquet de mesures »

Vendredi 10 février 2017 par Alexandre Abellan

A 54 ans, Éric Chadourne est une figure du monde coopératif aquitain. Ingénieur agronome-oenologue, il exploite le château la Mouthe (38 hectares de vignes AOC Pécharmant) et préside le négoce coopératif Couleurs d’Aquitaine.
A 54 ans, Éric Chadourne est une figure du monde coopératif aquitain. Ingénieur agronome-oenologue, il exploite le château la Mouthe (38 hectares de vignes AOC Pécharmant) et préside le négoce coopératif Couleurs d’Aquitaine. - crédit photo : FVBD
Face à la chute continue du cours du Bergerac rouge, le nouveau président de la FVBD va proposer un plan d’action pour essayer de l’enrayer. Ou du moins de réunir les parties.

« Il faut que la dégringolade s’arrête, la situation est catastrophique ! » s’exclame Éric Chadourne, le nouveau président de la Fédération des Vins de Bergerac et Duras. Élu ce 3 février à la succession du vigneron Jean-François Fruttero, le viticulteur de Pécharmant s’alarme de la chute des cours du tonneau de Bergerac rouge, passé à 850 euros, alors qu’ils étaient en moyenne de 1 016 euros sur la campagne 2015-2016 (déjà -7 % par rapport à la campagne 2014-2015). « Comment faire de l’AOC avec un tel niveau de valorisation ? Et comment voulez-vous que les metteurs en marché puissent investir dans une appellation qui subit de telles variations de prix ? » s’emporte Éric Chadourne.

Pour remédier à la spirale du moins-disant (la crainte des stocks pesant sur le début de campagne), le président de la FVBD a proposé à son conseil d’administration de mettre en place une boîte à outils. Sans la détailler, il évoque aussi bien l’usage d’outils interprofessionnels (comme blocages de volumes) que l’incitation au déclassement (c’est-à-dire le passage en vin de France pour ne pas peser sur les cours de Bergerac), le travail sur le financement d’un portage des stocks (pour réduire les disponibilités de l’abondant millésime 2016) et des rencontres avec les courtiers et négociants pour mieux connaître les demandes du marché.

"Nous n’avons pas de potion magique"

« Peut-être que l’on aura des résultats, peut-être pas » reconnaît Éric Chadourne. Mais, pour lui, l’essentiel est de réunir les opérateurs du vignoble bergeracois : « c’est dans l’intérêt de tous de savoir quel est le bon prix ». Le juste cours est la grande inconnue de cette campagne à la conjoncture particulièrement ardue. La crise commerciale de Bergerac a été causée par la production historiquement faible du millésime 2013, qui a conduit à une flambée des cours et une succession de déréférencements. L’AOC pâtit toujours de cette perte de parts marché, qui a brisé sa mécanique de valorisation enclenchée après la crise de 2007-2008. Désormais, l’enjeu est de commercialiser l’abondante production 2016 (235 000 hectolitres, +11 % sur un an), alors que les chiffres de commercialisation restent en repli (155 000 hl sur la campagne 2015-2016, -3 %) et que les stocks explosent (228 000 hl à l'été 2016, +37 %).

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
Glou...Glou...Glou... HIPS !!! Le 13 février 2017 à 11:21:57
Un petit quizz pour monsieur Chadourne : Mais qui donc achète et conditionne des vins espagnols PAS CHERS ?? .... l'entreprise Parsat à Eymet spécialisé en BIB ! Avec qui Parsat est-il associé depuis 2000 ?? .... avec Producta !! Et Producta, c'est quoi ?? .... depuis 1949, c'est le regroupement des caves coopératives... dont Alliance Aquitaine !! Dès lors, ça ne va pas être facile de faire remonter les cours du vrac en étant associé de la sorte ! De plus, il s'agirait peut-être de privilégier la qualité à la quantité, elle-même facteur de déflation tarifaire.... C'est ainsi l'annonce d'un échec annoncé !!
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé