LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Coup de coude

L’amélioration des pratiques viticoles par la suggestion comportementale

Jeudi 26 janvier 2017 par Alexandre Abellan

Si le projet Vinovert marque par son volet technico-économique sur l’acceptabilité par les consommateurs des vins durables (issus de vignes résistantes, bio, raisonnées…), il étudie aussi la volonté des producteurs à évoluer dans leur approche souligne Eric Giraud-Héraud.
Si le projet Vinovert marque par son volet technico-économique sur l’acceptabilité par les consommateurs des vins durables (issus de vignes résistantes, bio, raisonnées…), il étudie aussi la volonté des producteurs à évoluer dans leur approche souligne Eric Giraud-Héraud. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
Pour entraîner le vignoble dans le tournant de la réduction des intrants, des chercheurs étudient des pratiques psychosociologiques de suggestions par l’exemplarité : les nudges (ou "encouragement"). Ce qui n’est pas sans tenir de la manipulation, douce certes.

« Ce n’est pas parce qu’il existe une offre et une demande qu’il y a adhésion des professionnels pour de nouvelles pratiques. Même si l’on prouve qu’économiquement c’est intéressant, ce n’est pas suffisant » souligne l’économiste Éric Giraud-Héraud, le directeur scientifique du programme Vinovert lors de sa réunion de lancement, ce 24 janvier à Bordeaux. Face à ce constat, on ne peut plus réaliste, les chercheurs européens étudient donc des pistes pour lever les freins comportementaux face à l’innovation technique. Ils explorent notamment d’autres formes d’incitations que celles monétaires, à commencer par le concept de politique publique inspirée du nudge (ou coup de pouce en anglais, ce concept étant aussi appelé théorie du paternalisme libéral, comme on l’apprend sur Wikipedia).

"Mise en scène des choix"

« Les nudges peuvent être définis comme n’importe quel aspect de la mise en scène des choix qui altère le comportement dans un sens prévisible, sans significativement leur interdire d’autres options » explique la chercheuse Isabel Rodrigo (Institut Supérieur de Lisbonne). En pratique, cet outil de communication psychosociologique « s’appuie sur la fourniture d’informations aux individus sur ce que font leurs pairs, pour les inciter à se conformer à ce que fait la majorité. Les nudges sont fondés dans les relations interpersonnelles pour faire évoluer les normes individuelles » précise la chercheuse lisboète.

Pour inciter les viticulteurs à réduire leurs Indices de Fréquence de Traitement, il peut ainsi être envisagé de réaliser une étude par questionnaire et de présenter à chaque répondant son positionnement par rapport à la moyenne. Avec l’idée d’inciter ceux en dessous de la moyenne à s’approcher des pratiques vertueuses. Pour l’instant confidentielles dans leurs modalités, des études de sociologie qualitative seront menées dans les coopératives partenaires de Vinovert, notamment en France chez les Vignerons de Buzet (Lot-et-Garonne) et de Tutiac (Gironde).

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé