LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Veni, vidi, Vinitech

Vendredi 02 décembre 2016 par Alexandre Abellan

Veni, vidi, Vinitech
- crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)

A l’heure de la fermeture de sa vingtième édition, le salon Vinitech estime avoir accueilli pas moins de 45 000 visiteurs. Assurant ainsi une croissance, même légère, par rapport à l’édition 2014. Et permettant à ses organisateurs de crier victoire face à la concurrence, frontale, du salon allemand Intervitis. Mais comme pour tous les salons, même techniques, les avis sur son affluence divergent d’un stand à l’autre : les allées ayant été souvent vides à écouter les uns, presque bondées selon les autres. Si les ressentis quantitatifs sont partagés, les exposants sont globalement satisfaits du niveau qualitatif des visiteurs. « Ils sont là pour quelque chose » entendait-on se réjouir un pépiniériste. « Il y a de la maille à dépenser » se frottait les mains un concessionnaire.

Avec une bon millésime dans le Sud-Ouest (et le renfort d’un soleil éclatant), l’atmosphère était on ne peut plus chaleureuse dans le parc des expositions de Bordeaux. Témoignant d’un vignoble ayant non seulement le souhait, mais la capacité, d’investir dans sa production. Et sa valorisation. Quitte à froisser les tenants de la francophonie, le néologisme à la mode dans les allées du Vinitech 2016 était bien la « premiumisation ». Les fournisseurs se mettant au diapason d’une filière en quête de valeur ajoutée par la segmentation. Avec une montée en gamme qui se retrouve des nouveaux modèles de bouteilles aux options flambant neuves des pulvérisateurs confinés.

Si l'on retiendra du fil d'infos Vinitech les échos de développement durable et d’innovations d’emballage, le monde viticole n’a pas manqué de tourner pendant ce temps. Ne manquez pas les dernières nouvelles des vins effervescents et Gens du Vin.
 

Tags : Vinitech

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé