LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Hospices de Beaune

Cinq parrains et marraines pour un millésime travaillé comme de l’orfèvrerie

Jeudi 27 octobre 2016 par Marion Sepeau Ivaldi
Article mis à jour le 28/10/2016 08:29:50

Ludivine Griveau, régisseur du domaine des Hospices de Beaune.
Ludivine Griveau, régisseur du domaine des Hospices de Beaune. - crédit photo : DR
La 156ème vente aux enchères, qui sera organisée en hommage à Antoine Jacquet disparu brutalement, va réunir une belle brochette de célébrités.

C’est « un millésime bien dans ses peaux ! » résume Ludivine Griveau, régisseur du domaine viticole des Hospices de Beaune. Si la phrase paraît anodine et simple, pouvoir l’annoncer est le résultat d’un travail d’une rigueur et d’une minutie remarquable qui a permis de tirer le meilleur d’un millésime 2016 très capricieux. Entre gel, mildiou, manque d’eau, les 117 parcelles des hospices travaillées par 23 viticulteurs ont été suivies avec un soin constant. « Je voudrais rendre hommage aux viticulteurs qui, pour certains, sont allés dans les parcelles avec le pulvérisateur à dos dans un sol boueux pour traiter au bon moment » explique Ludivine Griveau, qui souligne également que les viticulteurs ont été d’une patience infinie. « Nous avons parfois dû décider de traiter du jour pour le lendemain, changer les doses, les matières actives » décrit-elle. D’ailleurs, sans complexe et même avec une certaine fierté, elle annonce que l’équipe est parvenue à « seulement » douze passages (dont 6 cuivres ou soufre et 6 de synthèse). « C’est beaucoup mieux que certains vignerons bios sou biodynamiques » a glissé Alain Suguenot, député-maire de Beaune, tout en ne manquant pas de faire allusion à la vive inquiétude à propos de l’arrêté encadrant l’utilisation des produits phytosanitaires. « Avec un tel arrêté, nous n’aurions tout simplement pas pu sauver la récolte ».

Vendange en plusieurs fois sur une même parcelle

La vendange a également été troublante, avec la majorité des pinots noirs arrivés à maturité avant les chardonnays. « Ce cépage a été plus durement touché par le gel car il était à un stade de développement plus avancé. Il lui a fallu davantage de temps pour récupérer » explique Ludivine Griveau. Les vendangeurs ont pris un soin tout particulier en passant plusieurs fois dans une même parcelle pour ne récolter que les raisins à maturité. « Résultat, sur la table de tri, c’était de l’orfèvrerie avec des raisins somptueux » se satisfait Ludivine Griveau. En cave, les chardonnays n’ont pas été levuré et il n’y a pas eu de retouche sur l’acidité que ce soit en rouge ou en blanc.

Résultat de tout ce travail : les 596 pièces seront là. Et la pièce du président, un Corton Bressandes Grand Cru, sera bien au rendez-vous. Elle sera vendue au profit de la Fondation Cœur et Recherche (pour financer la recherche sur les maladies cardiovasculaires) et l’ARC (pour financer la recherche contre le Cancer). La première organisation caritative n’aura pas moins de trois présidents pour faire monter les enchères : Virginie Ledoyen, Eddy Mitchell et Khatia Buniatishvili. Ce sont Claude Lellouch et Valérie Bonneton qui feront monter les enchères pour l’ARC.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé