LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Vendanges 2016

La coopérative de Buzet table sur des rendements identiques à 2015

Mardi 13 septembre 2016 par Alexandre Abellan

« Aujourd’hui, nos capacités d’interventions sont limitées. On n’a plus qu’à choisir quelle parcelle sera dans telle cuve et à la vendanger en conséquence » explique Sébastien Labails.
« Aujourd’hui, nos capacités d’interventions sont limitées. On n’a plus qu’à choisir quelle parcelle sera dans telle cuve et à la vendanger en conséquence » explique Sébastien Labails. - crédit photo : Vignerons de Buzet
Connaissant les mêmes conditions climatiques que le reste du Sud-Ouest, le vignoble du Lot-et-Garonne se félicite de belles sorties de grappe, compensant les effets de la sécheresse estivale.

« Le millésime 2016 à Buzet ? C’est le même qu’à Bordeaux » résume d’un sourire Sébastien Labails, le responsable des vignobles des Vignerons de Buzet (qui pèsent pour 94 % de l’AOC éponyme). Après un premier semestre pour le moins humide, l’été reste des plus chauds dans les deux cas. Mais contrairement au vignoble gironde, celui de l’appellation du Lot-et-Garonne aura peu pâti du mildiou sur le printemps. « Nos modèles nous ont donné de bonnes alerte et éviter des dégâts. Tout en maintenant les Indices de Fréquence de Traitement dans la moyenne » se félicite le technicien.

Et, grande différence avec Bordeaux, la sécheresse ne fait pas craindre une importante baisse des rendements. « Je suis impressionné par la capacité des vignes à surmonter leurs souffrances et à continuer de produire d’aussi beaux raisins » s’exclame Sébastien Labails. « On a du raisin. Aujourd’hui, on peut espérer les mêmes rendements que ceux de l’an dernier*. Mais avec une structure différente. En 2015, on avait une petite sortie de grappes mais de grosses baies. Cette année, c’est l’inverse. »

2003, sans les blocages

Les vins blancs représentant seulement 3 % de la production de vins de la cave de Buzet, la coopérative a commencé ses vendanges par les rosés (32 % de ses volumes), viendront ensuite les rouges, cette fin septembre.

En terme de profil organoleptique, Sébastien prend garde à ne pas se prononce avant le gros des vendanges. Mais il reconnaît des similitudes avec « le millésime 2003. On retrouve ses caractéristiques, mais sans les blocages de maturité. Pour une fois on pourrait avoir des maturités technologiques et polyphénoliques synchrones » espère-t-il.

 

* : En 2015, les 1 870 hectares de la coopérative ont produit 97 650 hectolitres. Soit un rendement de 52 hl/ha.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé