LE FIL

 Je reprends ma lecture 
{{str_intro_2}}
{{str_intro_3}}
{{message_alert}}
 {{bt_suivant}} 

 Je réponds 
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Millésime 2016

L’Australie satisfaite par sa vendange, en volume et valeur

Vendredi 05 août 2016 par Alexandre Abellan

Comptant pour le quart de la production australienne, la syrah en est le cépage emblématique, sous la dénomination anglo-saxonne « shiraz ».
Comptant pour le quart de la production australienne, la syrah en est le cépage emblématique, sous la dénomination anglo-saxonne « shiraz ». - crédit photo : Plantagenet Winery
Généreuse en Océanie, la dernière récolte doit permettre au vignoble de consolider ses marchés asiatiques et américains, où la demande reste porteuse.

En 2016, le vignoble australien a récolté 1,81 million de tonnes de raisins, soit une hausse de 6 % par rapport à l’an passé. Se réjouissant d’un « millésime sensationnel », le dernier rapport de vendanges de la filière précise que tout le vignoble voit sa production augmenter significativement (jusqu’à +27 % en Tasmanie ou +57 % à Langhorne Creek), mises à part les régions chaudes (comme le Riverland avec -2 % ou la Riverina avec -4 %).

La moitié de la production a été réalisée en Australie Méridionale (51 %, pour 926 400 tonnes). Les Nouvelles Galles du Sud comptant pour le cinquième de la récolte nationale (19 %, avec 348 400 tonnes). En terme de cépages, la production de syrah s’élève à 430 200 t. (+7 %), suivie par le chardonnay (406 000 t., +6 %), le cabernet sauvignon (255 100 t., +20 %) et le sauvignon blanc (100 100 t., +11 %).

Cours croissants

Au-delà du bon tonnage de la récolte, c’est sa valorisation qui réjouit la filière australienne. Le prix moyen de la tonne de raisins australiens a ainsi bondi de 14 %, se fixant à 526 dollars (soit 356 €/t). « Le plus haut prix moyen depuis 2009 » se réjouissent les représentants de la filière.

« Il y a une augmentation des cours pour la deuxième année consécutive, et une augmentation de la production globale. Ce qui est encourageant » se félicite Tony Battaglene, le président de la Fédération des Vignerons Australiens (WFA). « Nous devons rester pro-actifs pour que la filière continue de bénéficier d’une demande croissante. Particulièrement sur nos marchés clés à l’export, les Etats-Unis et la Chine » ajoute-t-il dans un communiqué.

Après des années de crise, l’Australie fait donc montre d’un optimisme prudent. Il faut dire son vignoble reste à deux vitesses, avec un fort différentiel entre les régions chaudes, qui assurent le gros de la production nationale (avec 1,26 million de tonnes, -1 %), mais où le cours moyen est de 313 $/t (soit 212 €/t), quand les zones plus fraîches (548 000 tonnes, +26 %) atteignent des valorisations presque quatre fois supérieures (à 1 196 $/t, soit 810 €/t).

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé