LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Blues Passion

Avec Iggy Pop, Cognac bouge son cru

Samedi 09 juillet 2016 par Alexandre Abellan

Ce 6 juillet 2016, Iggy Pop est resté sage et n’a pas joué à baisser son pantalon. Comme il l’avait fait en juillet 2008, au festival d’Angoulême.
Ce 6 juillet 2016, Iggy Pop est resté sage et n’a pas joué à baisser son pantalon. Comme il l’avait fait en juillet 2008, au festival d’Angoulême. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
Réunissant plus de jeunes bacheliers bien mis que de vieux motards en cuir, le festival charentais, Cognac Blues Passion, a tenu sa promesse de moment de bravoure rock.

Dans la famille des festivals d'été intimement liés au vignoble, Cognac Blues Passion se trouve dans le haut du panier. Que ce soit en terme de têtes d'affiche (d'Iggy Pop à Marianne Faithfull, en passant par Imany et même Michel Polnareff) ou de prix (une bonne cinquantaine d'euros la soirée, ce qui le place dans les tarifs des gros festivals*).

Pour casser l’atmosphère collet-monté qui pesait ce 6 juillet sur le jardin public de Cognac, Iggy Pop a joué la sécurité. Comme à son habitude, il s’est contenté de faire son entrée torse nu, levant immédiatement une clameur et toute son audience. Aussi imberbe que ridé, aussi musculeux que veineux, son torse sait rester provocant. Se dandinant comme un canard décapité, il reste habité par un esprit rock réjouissant de régression. Et aura réussi à faire oublier ses dernières compromissions publicitaires, où Iggy Pop joue les égéries aussi bien pour des galeries commerciales que des sites de vente en ligne.

A 69 ans, l’Américain a débuté son concert charentais à pleins tubes (alignant rien de moins que No Fun, The Passenger, I Wanna be your Dog et Lust for Life). Mais faute du guitariste Josh Homme pour l’assister, il aura quasiment fait l’impasse sur les morceaux de son dernier album, Post Pop Depression, sur lequel ils ont collaboré avec panache (et qui motive sa tournée d'été, dans un nombre assez impressionnant de festivals où il interprète invariablement la même setlist).

Raw Power

Se payant une icône du rock aussi irrévérencieuse que lubrique, le festival de Cognac reste un bel écrin pour l’eau-de-vie éponyme. Sur ses cinq jours (du 5 au 9 juillet), il accueille ainsi trois zones VIP, qui sont autant de clubs privés réservés à ses principaux sponsors privés. Soit les maisons Rémy Martin, Martell et Hennessy, qui profitent de l’occasion pour réunir leurs collaborateurs et présenter nouvelles éditions limitées et autres cocktails.

Car si on trouve bien des bières dans ce festival, ce sont plutôt les cocktails qui sont mis en avant avec des bars servant les recettes de l'interprofession charentaise. A une moindre échelle, rebelote cette fin juillet avec la Fête du Cognac (28-30 juillet).

 

* : Ce qui reste trois fois moins cher qu'une soirée jazz au château l'Hospitalet de Gérard Bertrand (170 euros pour le concert de Selah Sue ce 28 juillet).

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé