LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Ligne Grande Vitesse

Le syndicat de Sauternes va poser un recours devant le Conseil d’Etat

Jeudi 07 juillet 2016 par Alexandre Abellan

Vent debout contre le projet de LGV, Xavier Planty va porter l’affaire devant le Conseil d'Etat.
Vent debout contre le projet de LGV, Xavier Planty va porter l’affaire devant le Conseil d'Etat. - crédit photo : Jean-Bernard Nadeau (Agence Fleurie).
Le projet de liaison ferroviaire continue d’indigner dans le vignoble bordelais, qui va déposer courant août un recours devant la plus haute autorité administrative française.

Réuni ce 5 juillet, le conseil d’administration du syndicat viticole Sauternes a validé le dépôt, cet été, d’un recours devant le Conseil d’Etat contre le projet de LGV Sud-Ouest. Malgré l’avis défavorable de l’enquête d’intérêt public, la liaison TGV entre Bordeaux et Dax a été validée par le ministère des transports (qui annonce sa mise en ligne pour 2027). Elle pourrait remettre en cause les équilibres bioclimatiques d’un fleuve, le Ciron, qui parcourt le vignoble de Sauternes. La construction d’un ouvrage le traversant risquerait d’affecter le terroir du sauternais en gênant le développement de Botrytis cinerea en pourriture noble clame les représentants du vignoble. D’une seule voix, ils demandent des études de terrain pour compléter des recherches jusque-là essentiellement bibliographiques (cliquer ici pour en savoir plus).

Coûts écologiques et économiques

La LGV, « ce serait une catastrophe écologique » pose Xavier Planty, le président de l’Organisme de Défense et de Gestion de Sauternes. Qui ajoute que « la question du financement d’un projet aussi pharaonique se pose. Tout le monde se rend bien compte qu’envoyer une LGV de Bordeaux à Dax sans passer par le Pays Basque est une aberration économique totale. Le modèle de cette liaison repose sur deux métropoles à moins de 300 kilomètres de distance… »

Menée en association avec la Fédération des Grands Vins de Bordeaux, cette action devant la plus haute juridiction administrative française espère mettre un terme à ce projet régional. Si ce recours est débouté, la seule alternative pour les opposants à la LGV resterait de se pourvoir devant la juridiction européenne.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé