Entre-deux-Mers

L’Union de Guyenne joue la carte des crémants de Bordeaux

Mardi 07 juin 2016 par Alexandre Abellan
Article mis à jour le 10/06/2016 12:05:09

En marque propre, la gamme de crémants l’UG Bordeaux repose sur Louis Vallon, essentiellement en brut, mais aussi en demi-sec (pour moins de 5 % des volumes).
En marque propre, la gamme de crémants l’UG Bordeaux repose sur Louis Vallon, essentiellement en brut, mais aussi en demi-sec (pour moins de 5 % des volumes). - crédit photo : UG Bordeaux
Réunissant depuis 2007 les caves de Sauveterre-Blasimon et Saint-Pey Génissac, l’Union de Guyenne Bordeaux (UG Bordeaux) accompagne le développement des bulles girondines.

« Pour nous, les vins tranquilles restent la base du chiffre d’affaires. Mais les crémants sont une jolie carte, qui permet de faire une vraie plus-value », estime Fabien Salord, le responsable commercial France de l’UG Bordeaux. Incitant ses 265 viticulteurs adhérents à se tourner toujours plus vers la production de raisins pour les crémants (plus contraignante, mais plus rémunératrice), la coopérative a lourdement investi dans son outil de tirage (de l’ordre de 3,5 millions d’euros sur le site de Saint-Pey-Génissac). Et envisage désormais de rapatrier son outil de dégorgement et stockage de Castillon vers Saint-Pey-Génissac.

"Bordeaux est plus attendu sur le rouge que sur la bulle"

Fabien Salord fait remonter l’engouement pour les bulles girondines au début des années 2010, avec une progression importante tirée par l’export. Les exportations représentent aujourd’hui 75 % des ventes de crémants de l’UG Bordeaux. Avec les États-Unis et les marchés asiatiques en tête, séduits par « le rapport qualité-prix des crémants face à l’augmentation importante des prix des champagnes ».
 
En regard, « le marché français est aujourd’hui en augmentation, mais pas avec la même résonance qu’à l’exportation. Si à l’étranger il y a une explosion, c’est plutôt un marché continu en France. Les crémants n’ont pas encore assez de notoriété », regrette Fabien Salord, se félicitant de la tenue du premier salon français pour la promotion des vins effervescents : Bulles Expo (les 20 et 21 juin). « Cela va permettre de mieux faire connaître ce type de produits aux acteurs français », espère-t-il.

Chiffres clés

L’UG Bordeaux réunit 265 viticulteurs pour 3 800 hectares de vigne. L’union coopérative produit en moyenne 8 000 hectolitres de crémants. Une paille par rapport aux 145 000 hl de Bordeaux/Bordeaux Supérieur, aux 30 000 hl de Bordeaux blancs et 22 000 hl de rosés de Bordeaux.

Globalement, son chiffre d’affaires a dépassé 25 millions d’euros en 2016 (pou plus de 2 millions pour les seuls crémants).

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé