LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Alsace

Un négociant alerte sur les prix en important des pinots

Jeudi 31 mars 2016 par Christophe Reibel
Article mis à jour le 01/04/2016 14:38:24

La mise en rayon de pinots importés à des prix défiants toute concurrence a mis le vignoble alsacien en émoi.
La mise en rayon de pinots importés à des prix défiants toute concurrence a mis le vignoble alsacien en émoi. - crédit photo : Daniel70mi Falciola
Du pinot blanc italien et du pinot noir sud-africain proposés en rayon à 1,33 € le col sont l’instrument utilisé par un négociant alsacien pour attirer sur la hausse qu’il juge inconsidérée des prix des vins d’Alsace vendus en vrac.
Émoi dans les rangs des professionnels du vignoble alsacien : à la foire aux vins d’une enseigne de la grande distribution alsacienne, plusieurs milliers de cols d’un pinot blanc italien et d’un pinot noir sud-africain embouteillés dans une « flûte du Rhin » habituellement réservée aux alsaces ! « C’est une banalisation de nos cépages », s’emporte Florian Hartweg, vice-président du Syndicat des vignerons indépendants d’Alsace (Synvira). Le prix affiché de 1,33 € le col a également fait bondir… sans forcément déplaire à Olivier Biecher, le négociant à l’origine de ce qu’il qualifie lui-même « d’opération commerciale ponctuelle ». « Je veux faire comprendre que le négoce est dans l’incapacité de trouver des volumes de vin pour ses marchés d’entrée de gamme. La succession de petites récoltes limite les disponibilités. Les cours du vrac ont pris 35 % en un an. Le riesling cote autour des 3 €/l. Cela entraîne des hausses de 20 à 25 % par bouteille. De ce fait, nous ne sommes plus crédibles à l’exportation. Les vins Biecher ne peuvent pas suivre ces hausses, contrairement aux coopératives. Celles-ci, après avoir mis le paquet pour s’approvisionner, peuvent pratiquer une moyenne pondérée entre les raisins de leurs apporteurs et leurs achats de vrac pour passer sur le marché », explique-t-il.
 
Capitaliser sur le terme « Alsace »
 
À l’Association des viticulteurs, le président Jérôme Bauer préfère dédramatiser. « Les cépages alsaciens sont notre identité mais ils ne nous sont pas réservés. Les vins d’Alsace ne jouent pas dans la cour des vins à 2 € et moins. Le vignoble doit avoir confiance en lui et capitaliser collectivement sur le terme Alsace en le signalant en grand sur l’étiquette. » Pierre Bernhard, président du Synvira, partage cette analyse en affirmant que la priorité du vignoble doit être une meilleure valorisation de ses vins. Elle passera par la mise en avant de ses terroirs dont les probables futurs premiers et grands crus. « Nous devons faire rêver le consommateur avec des grands crus à 45 € la bouteille et mieux communiquer sur des cépages connus comme le gewurztraminer, le riesling, le pinot noir mais aussi le crémant. » Pour la récolte 2017, l’Ava a déjà publié sa recommandation de prix des raisins. Elle revalorise tous les cépages de 4 % sauf le riesling qui bénéficie, lui, de 6 % soit 1,56 €/l.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé