Ferme Dephy

Les IFT baissent de 12% en moyenne en viticulture

Vendredi 11 mars 2016 par Marion Sepeau Ivaldi

Malgré une politique volontariste du ministre, les résultats en matière de réduction d'intrants se font attendre au niveau global. Mais l'expérimentation montre que leur maîtrise est techniquement possible.
Malgré une politique volontariste du ministre, les résultats en matière de réduction d'intrants se font attendre au niveau global. Mais l'expérimentation montre que leur maîtrise est techniquement possible. - crédit photo : DR
Le ministère de l’agriculture publiait le 8 mars son point annuel sur les résultats Ecophyto. Les résultats montrent une hausse du recours aux intrants mais également la réussite permise par le raisonnement des applications via le réseau Dephy.

Dans le cadre de la note de suivi 2015 du plan Ecophyto, le ministère de l’agriculture fait le point sur l’usage des intrants en agriculture et en viticulture. Les résultats montrent une hausse du NODU « usages agricoles » de 5,8% entre la période 2011/2013 et la période 2012/2014. Entre 2013 et 2014, il croît de 9,4%. « Ce sont principalement des fongicides et des herbicides qui expliquent cette évolution en zone agricole » indique la note qui explore également la voie de progrès démontrée par le réseau des fermes Dephy. En moyenne dans ce réseau, la baisse est de 12% de l’IFT en 2014 par rapport à 2011 en viticulture, au même niveau que l’arboriculture et mieux que les grandes-cultures (-10%). Par la part des systèmes très économes (IFT inférieur à 50% de la référence régionale) et économes (IFT inférieur à 70% de la référence régionale) est en croissance depuis 2012.

« L’enjeu est à présent de valoriser et de déployer auprès du plus grand nombre ces techniques et systèmes économes et performants qui ont fait leurs preuves chez quelqu’un » conclut la note. 

Pour lire la note, c'est par ici.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé