LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Foisonnement

Les projets oenotouristiques se multiplient en Bourgogne

Mardi 08 mars 2016 par Juliette Cassagnes

Le projet architectural de la Cité de la gastronomie et du vin de Dijon, signé des agences Anthony Béchu et Perrot-Richard, « respectera la qualité patrimoniale du site, notamment les éléments inscrits aux Monuments historiques ».
Le projet architectural de la Cité de la gastronomie et du vin de Dijon, signé des agences Anthony Béchu et Perrot-Richard, « respectera la qualité patrimoniale du site, notamment les éléments inscrits aux Monuments historiques ». - crédit photo : Site internet grand-dijon.fr
Beaune, Chablis, Mâcon et maintenant Dijon: le nombre de projets oenotouristiques se multiplie en Bourgogne. Présentation du dernier en date, celui de la « Cité de la gastronomie et du vin » de Dijon, officiellement lancé en février 2016. Quant à celui de la « Cité des vins » de Beaune, son avancement dépend dorénavant de la ville, qui l'a repris à son compte.

Le projet de construction de la Cité internationale de la gastronomie et du vin de Dijon (Côte d'Or) avance. Celle-ci a officiellement été « lancée » le 2 février 2016, en présence du maire, François Rebsamen, et le président du groupe Eiffage Construction, Michel Gostoli, par la signature du protocole de vente du site de 6,5 hectares de l’ex-hôpital général de la ville de Dijon, où sera construit le complexe de 70000 m2.

La future cité vise à promouvoir le « repas gastronomique des Français », entré au patrimoine mondial de l’Unesco en 2010, mais aussi les vins. Dans l'espace « culture et formation » de 5000 m2 sont en effet prévus des espaces dédiés aux vins bourguignons et pour lesquels le BIVB a été sollicité : « Nous sommes en discussion pour y implanter notre école des vins de Bourgogne, afin d'assurer la formation des visiteurs, ainsi qu'un espace muséographique de 350 m2, précise André Ségala, directeur de l'interprofession. Y seront présentés l'histoire, la culture et les spécificités des vins bourguignons ». Dans la chapelle de l'ancien hôpital sera par ailleurs assurée une présentation des climats, tout juste inscrits au patrimoine mondial de l'Unesco. « Elle suscitera chez les visiteurs l’envie de parcourir la route des grands crus de Bourgogne, qui démarre précisément à hauteur du site de l’ancien hôpital général. Cette route pourra être visitée en voiture mais aussi à vélo ou en navette au départ de la Cité », précise la mairie de Dijon sur son site internet. 

A chaque ville sa cité !

La date prévue d'ouverture de la Cité : 2018. Or c'est aussi en 2018 que sont théoriquement prévues celles des trois « Cités du vin » du BIVB, à Mâcon, Chablis et Beaune. Si les deux premières avancent « normalement », car prévues dans des bâtiments déjà existants appartenant au BIVB, la donne est différente pour celle de Beaune. L'interprofession était initialement porteuse du projet et comptait y démarrer ses travaux fin 2016. Mais en 2015, la municipalité de Beaune a décidé - suite peut-être à la décision de construire la Cité de la gastronomie à Dijon et non dans sa propre ville - de reprendre à son compte le projet, « La Cité des vins a été intégrée dans une démarche plus large portée par la mairie, qui souhaite développer un quartier « Cité des vins » à côté du palais des Congrès, précise André Ségala. C'est une bonne nouvelle, assure celui-ci, d'un point de vue financement, mais aussi parce que c'est un projet ambitieux mené par la ville, avec des perspectives de développement intéressantes ».

Si la reprise en main du projet par la ville de Beaune semble, en tous cas pour l'interprofession, une bonne chose, il n'en reste pas moins que depuis cette décision, les professionnels n'ont eu que très peu d'informations sur le sujet, laissant dorénavant planer le doute sur son contenu définitif ou encore sur le bon respect des échéances. « Nous attendons des informations de la part d'Alain Suguenot, qui nous a promis une communication lors des Grands jours de Bourgogne* », indique André Ségala.

Si les quatre projets aboutissent, la Bourgogne devrait donc être pourvue, à terme, de quatre sites distincts, avec donc, à la clé, un bon « maillage » du territoire régional... Mais la question de savoir si cela ne fera pas « trop » et s'il n'y aura pas une concurrence qui s'exercerera entre la Cité des vins de Beaune et celle de Dijon peut aussi être posée.

(*Les Grands jours de Bourgogne seront organisés du lundi 21 au vendredi 25 mars 2016 en Bourgogne.)

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé