LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Val de Loire

La recherche se restructure

Lundi 18 janvier 2016 par Patrick Touchais

L’IFV reprend le domaine expérimental de l’Inra à Montreuil-Bellay, dont les parcelles d’essai de vignes résistantes. L’IFV reprend le domaine expérimental de l’Inra à Montreuil-Bellay, dont les parcelles d’essai de vignes résistantes. - crédit photo : Patrick Touchais
Face au désengagement de l’Inra dans son unité d’Angers, la technique viti-vinicole du Val de Loire s’est réorganisée, avec la montée en puissance de l’Ecole supérieure d’agriculture d’Angers, et de l’IFV.

Une nouvelle ère vient de s’ouvrir pour la recherche viticole en Val de Loire depuis le 1er janvier. L’acte officiel de naissance de cette nouvelle organisation a été présenté au Sival ce mercredi 13 janvier. Elle s’articulera autour de l’Esa (Ecole supérieure d’agriculture) d’Angers qui, via son laboratoire Grappe, devient Unité sous contrat avec le département Sad (Sciences pour l’action et le développement) de l’Inra.

Cette nouvelle organisation met fin à l’Unité mixte technique Vinitera (Inra-Esa-IFV), et travaillera sur “le produit” (qualité, évaluation de la qualité, co-conception de produits) dans la viticulture, mais aussi, l’arboriculture et le cidre. L’objectif de l’Unité qui s’appuiera sur une équipe de 35 à 40 personnes, dont 14 enseignants-chercheurs, 4 à 6 ingénieurs d’études et 6 à 8 doctorants, sera, selon la directrice de l’Unité, Frédérique Jourjon, de “concilier, agriculture, environnement et société”.

Retrait de l’Inra

La création de cette nouvelle entité répond à un besoin – exprimé par la profession – de suppléer l’Inra, qui à Angers, s’est désengagé de la recherche viti-vinicole. Le personnel a été soit repris par l’IFV, soit orienté vers d’autres productions. “Un vrai regret”, a souligné le vigneron nantais Jean-Michel Morille, président de la commission technique d’Interloire.  

Autre conséquence de ce désengagement, l’IFV va reprendre la conduite du domaine expérimental au lycée viticole de Montreuil-Bellay, auparavant géré par l’Inra. Outre des conservatoires de divers cépages (sauvignon, chenin, cabernet franc et grolleau), les sept hectares plantés accueillent aussi, des travaux de sélections de nouveaux clones, ainsi que des essais de vignes résistantes.  

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé