Vallée du Rhône

La coopérative de Cairanne sort d’un mauvais pas

Mercredi 23 décembre 2015 par Chantal Sarrazin

L'équipe de la cave de Cairanne, avec Jean-Marc Chave, le président (2ème en partant de la gauche), Denis Crespot, l'oenologue (3ème, au dessus) et Christophe Bouche, vice-président (4ème, au premier rang).
L'équipe de la cave de Cairanne, avec Jean-Marc Chave, le président (2ème en partant de la gauche), Denis Crespot, l'oenologue (3ème, au dessus) et Christophe Bouche, vice-président (4ème, au premier rang). - crédit photo : Chantal Sarrazin
Le tribunal de grande instance de Carpentras vient d’approuver le plan de redressement de la coopérative de Cairanne. Le partenariat qu’elle a noué avec les Grandes Serres, filiale du groupe Picard, basée à Châteauneuf-du-Pape, a convaincu les juges.

Les vignerons coopérateurs de Cairanne commencent à voir le bout du tunnel. Le tribunal de grande instance de Carpentras a approuvé, le 18 décembre dernier, le plan de redressement présenté par leur coopérative qui a été placée en redressement judiciaire depuis le 21 février 2014. Ce plan prévoit un étalement sur quatorze ans de la dette laquelle s’élève à sept millions d’euros. Il fixe aussi les contours d’un partenariat original entre la cave et le négoce Les Grandes Serres, filiale du groupe Picard, située à Châteauneuf-du-Pape pour optimiser l’utilisation de l’outil de production. Cet accord, conclu pour cinq ans, permet d’optimiser le fonctionnement l’outil de production.

« Nos installations ont été conçues pour traiter 40 000 hl de vin, explique Christophe Bouche, vice-président de la coopérative. Or ces dernières années, notre production a chuté à 16 000 hl en moyenne. » Ainsi, depuis les vendanges 2014, le négoce, à l’étroit dans ses locaux de Châteauneuf-du-Pape, loue à la coopérative une partie de sa cuverie, 18 000 hl environ. Elle a, en outre, racheté la chaîne d’embouteillage de la cave d’une capacité de 5500 bouteilles/heure. Depuis, elle réalise en prestation de service la mise en bouteille des vins de la coopérative.  « Nous n’avions plus le personnel pour faire fonctionner la chaîne ni en assurer la maintenance », précise Jean-Marc Chave, président de la cave.

Une nouvelle page s’ouvre à la coopérative de Cairanne

Enfin, depuis cette année la coopérative, qui a recruté un nouvel œnologue en la personne de Denis Crespot, assure, de son côté, une prestation de vinification pour les Grandes Serres. « Nous avons vinifié 2000 hl cette année », indique Christophe Bouche. Pour sa part, la cave a produit 14000 hl en 2015. « Il nous faudrait parvenir à 20 000 hl, poursuit le viticulteur. Soit en trouvant de nouvelles prestations de vinification, soit en recrutant de nouveaux adhérents. »

La coopérative a aussi mis un terme à son activité de négoce, en liquidant sa filiale Maison Camille Cayran. Elle a confié la distribution de ses vins en grande distribution aux Grandes Serres. « Nous nous recentrons sur la production et sur notre marque Camille Cayran, destinée au secteur traditionnel, souligne Jean-Marc Chave. D’autant que l’appellation côtes-du-Rhône villages Cairanne se prépare à devenir un cru de la vallée du Rhône. Nous avons, par ailleurs, remis le profil de nos vins au goût du jour ».

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé