À l’essai en 2016

Un robot pour désherber la vigne

Mercredi 25 novembre 2015 par Michèle Trévoux
Article mis à jour le 26/11/2015 17:39:16

Un robot pour désherber la vigne
La viticulture du futur se dévoile au Sitévi. Un robot de désherbage mécanique a été présenté le 25 novembre par la société Naïo Technologies. Les premiers essais auront lieu pendant l’hiver 2016. Donc demain.
Un robot pour désherber ses vignes : ce n’est plus un rêve, mais une très proche réalité. C’est ce qu’a annoncé la société Naïo Technologies lors d’une conférence organisée ce mercredi 25 novembre, au Sitévi, par l’IFV. Cette jeune société toulousaine spécialisée dans la robotique agricole a déjà développé un robot autonome de binage pour les maraîchers. Une trentaine d’appareils ont d’ores et déjà été commercialisés.
 
La start-up travaille aujourd’hui sur un robot vigneron autonome destiné au désherbage mécanique sur le rang de vigne. Le projet réunit l’IFV, un laboratoire de robotique de Toulouse (LAAS-CNRS) et le groupement coopératif Vinovalie, avec le soutien de la Région Midi-Pyrénées. Le prototype est aujourd’hui quasiment abouti. Il se présente sous la forme d’un enjambeur avec un moteur électrique dans chaque roue. Il peut être alimenté soit par une batterie plomb, soit par une batterie lithium-fer-phosphate, capable d’une plus grande autonomie – 10 heures contre 4 heures pour le plomb. La fonction guidage est assurée par vision associée à une cartographie 3D. Une caméra filme en direct le rang (végétation, sol et ceps). Ces informations sont traitées afin de définir une ligne de guidage. Ce dispositif pourra être complété, si besoin est, par un système à laser comme celui utilisé sur Oz, le robot maraîcher. L’appareil sera capable d’avancer à une vitesse de 3 km/h, ce qui permettrait de désherber 1 ha en deux heures, soit 5 ha par jour. En totale autonomie.

Plus économique que les désherbages mécanique et chimique

Selon une étude réalisée par l’IFV, cette technologie serait évidemment plus économique que le désherbage mécanique. Elle parviendrait même à être concurrentielle par rapport au désherbage chimique. Prenant le cas d’une exploitation de 25 ha, avec un interrang de 2,2 m en moyenne, l’IFV a estimé à 248,30 €/ha/an le coût du désherbage robotisé, sur la base de 9 à 16 interventions. Une stratégie chimique, à raison de trois interventions par an, revient entre 212,6 et 292,80 €/ha/an selon les produits utilisés. Le désherbage mécanique (quatre interventions par an : une lente et trois rapides) coûte 481,30 €/ha/an.
 
Le prototype, qui est en cours de finalisation, sera testé dès l’hiver prochain dans le vignoble de Gaillac. L’objectif est de valider le système de guidage et de tester l’outil intercep. Lorsque cette étape sera accomplie, d’autres développements sont d’ores et déjà prévus pour de nouvelles fonctions comme la tonte de l’interrang, l’épamprage, le rognage et l’effeuillage, le travail sur un système de pulvérisation avec récupérateur et des capteurs embarqués pour réaliser différentes mesures. Des perspectives qui dessinent les nouveaux traits de la viticulture de demain.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé