Bilan de pré-vendanges 2002 de l'Aude

Mardi 17 septembre 2002 par Vitisphere


Chambre d'Agriculture de l'Aude

Bilan climatologique

Le début de campagne s’annonçait difficile : très peu de précipitations hivernales sur l’ensemble des secteurs jusqu’au débourrement. Dès le mois d’avril on s’interrogeait dans l’est du département sur la possible nécessité d’irriguer certaines parcelles. Heureusement, les pluies printanières furent abondantes, sans toutefois combler le déficit des réserves profondes. La vigne a assez d’eau pour se développer jusqu’à la fleur. Les températures sont favorables, mais au moment de la floraison, une vague froide et pluvieuse traverse le département et la perturbe sérieusement. Par la suite, les précipitations se font rares, notamment sur l’est du département. Heureusement les températures restent peu élevées. Vers la mi-août un épisode sec et très chaud entraînera de nombreux dégâts de sécheresse et accentuera certaines maladies. Depuis les épisodes pluvieux se succèdent, évitant tout problème de stress hydrique mais entraînant d’autres soucis au niveau sanitaire.

Prévisions de récolte

OUEST Merlot : Très irrégulier, parfois grosse coulure (moins de 40 hl/ha), plus problème de millerandage : Récolte inférieure à celle de l’an passé (-20%). Cabernet Franc : Coulure plus faible, sortie moyenne, plus faible que l’an passé Grenache : Taille courte , très peu de grappes, très forte coulure, charge moyenne (-10 à –25%) Cabernet Sauvignon : Moyen, identique aux années précédentes Syrah : Récolte faible : -10 à –15% Chardonnay : Faible, petite récolte Chasan : Moyen Marselan : Très grosse sortie les premières années (2 à 4è feuille) ; il faut absolument tomber les grappes sur les plantiers pour éviter un dépérissement des ceps. LIMOUXIN Chardonnay : Très grosse coulure, petite récolte Mauzac : Forte charge Cabernet Sauvignon : Moyen, mais surtout problème de millerandage Syrah : Moyen, grappes petites Merlot : Coulure importante, -10 à –20% MINERVOIS Merlot : Ientiques à l’Ouest ð 30 hl/ha sur certaines parcelles, grosse coulure Carignan et Grenache : Un peu de coulure, surtout millerandage, charge moyenne Syrah : Globalement la sortie est inférieure d’environ 10% Le millerandage est très présent sur l’ensemble des cépages. Globalement, les rendements sont en baisse de 20 à 30% sur l’ensemble des cépages. Les données correspondent aux parcelles étudiées dans l’observatoire maturité du cru Minervois NARBONNAIS Cabernet Sauvignon : Coulure importante, Autres cépages : Pas de problème mais sortie plus faible que l’an dernier (-10%) CORBIERES Coulure et millerandage marqueront le millésime comme sur les autres secteurs Symptômes de sécheresse très marqués sur certains cépages. Baisse de la production de 10 à 20%, principalement sur la production AOC. (A voir avec les dernières pluies…) LITTORAL - FITOU Grenache : Pas de coulure Carignan : Charge importante mais hétérogène Mourvèdre : homogène et charge élevée Syrah : hétérogène A retenir : beaucoup de coulure et de millerandage sur de nombreux cépages et secteurs

Phénologie

1 - Alaigne : Domaine de Cazes CépagesFloraison juin 2001Floraison juin 2002Ecarts (jours)Véraison juillet 2002Longueur du cyclePortan31072997 joursChardonnay11092995 jours Merlot4117?104 joursCabernet franc110929113 joursMarselan5127?111 joursCabernet Sauvignon7136?111 joursPinot N18729  Année plus tardive que 2001 avec environ une semaine de décalage. Les premiers contrôles maturité effectués montrent un équilibre sucre/acide très prometteur : avec des degrés élevés, le niveau d’acidité reste lui aussi très élevé, ce qui permet d’envisager un millésime à fort potentiel si le temps accompagne les vendanges… 2 – Limouxin : Début floraison sur Pinot et Chardonnay entre le 23 et le 28 mai et pleine floraison le 3 juin. Début véraison observée le 30 juillet sur les pinots les plus précoces. Les vendanges vont commencer vers le 2 septembre pour les bases mousseuses. Pour l’ensemble de la production, le retard est de 3 à 6 jours par rapport au millésime 2001 3 – Cabardes : Début de véraison observée sur Merlot le 24 juillet dans les secteurs les plus précoces (Conques, Villemoustaussou) 4 – Minervois : La floraison s’est effectuée sensiblement aux mêmes dates qu’en 2001.Les premiers grains verrés ont été observés sur la partie centrale du secteur autour du 17 juillet. La maturité restait sur les mêmes bases que 2001 jusqu’à fin août puis les températures fraîches et les pluies provoquent des retard importants de l’ordre d’une semaine 5 – Corbières : Les Corbières présentent un retard de 4 à 6 jours. Sur les secteurs les plus précoces(littoral), les vendanges ont commencé dès le 23 août sur les Muscats et se généraliseront aux autres cépages précoces dans la dernière semaine d’août. Le reste de la zone commencera les vendanges la première semaine de septembre, avec les secteurs les plus tardifs (Val de Dagne, Monze…) qui débuteront vers la mi-septembre. 6 – Narbonnais : Année plutôt précoce, sensiblement identique à 2001 , soit 3 à 4 jours d’avance par rapport à la moyenne décénale. (cf annexe) Les pluies de fin août et début septembre retardent les maturités. 7 - Pour l’ensemble des secteurs : Le millerandage et l’hétérogénéité de la vendange seront les principales difficultés de ce millésime. L’avancement de la véraison (sans parler de la maturité) est très hétérogène, il faut être très prudent sur les contrôles maturité. Si le temps le permet, il faudra repousser au maximum les vendanges sur ces parcelles, ou alors les vendanger avec une machine bien réglée qui ne récoltera que les grains murs.

Bilan Phytosanitaire

Fin août, on pouvait considérer que sur tous les secteurs les raisins étaient sains. Toutefois, il faut noter des problèmes concernant le feuillage. En effet, surtout sur l’Est du département, le potentiel photosynthétique est souvent affecté : soit par le stress hydrique, soit par des carences, mais aussi une maladie dont on parle peu : le rognage sévère ! Les deux premiers points témoignent des difficultés rencontrées par nos sols, dégradés par des années de fertilisation minérale abondante. Il faut rééquilibrer ces sols, non pas en arrêtant brusquement toute fertilisation, mais en réduisant les apports de minéral, en basculant vers de l’organique, en travaillant mieux les sols, en laissant se développer l’enherbement hivernal. Depuis fin août le développement du Botrytis est important : tous les cépages précoces, Chardonnay, Sauvignon, Pinot, Syrah ; ces cépages à pellicules fines ont éclaté sous l’effet de gonflement dû aux dernières pluies. Il va parfois falloir récolter avant complète maturité. Grenaches et Carignans commencent à être touchés à leur tour. OUEST Mildiou : Quelques attaques violentes très ponctuelles, quelques parcelles touchées sur grappes Présence importante de Mildiou sur les jeunes pousses à partir du 20 juillet Oïdium : Symptômes présents, pression moyenne. Le Chardonnay dans la région de Limoux semble particulièrement touché. Botrytis : Dégâts sur les inflorescences. Sur Limoux, présence sur grappes à la mi-juillet, mais dessèchement progressif Actuellement, les dégâts de Botrytis affectent de nombreux cépages : Chardonnay en tête Syrah, Sauvignon… la météo prévue pour les prochains jours n’est pas très optimiste… Vers de grappe : Dégâts faibles en 1ère génération 2ème génération courte et bien maîtrisée 3ème génération beaucoup plus difficile à maîtriser car très étalée : sur certains secteurs il a fallu repiquer avec un deuxième insecticide Esca : Nombreux symptômes apparus dès la mi-juillet Acariens : Symptômes importants, dus aux traitements contre la Cicadelle de la Flavescence dorée EST Dans l’ensemble, l’état sanitaire du vignoble est bon. A l’heure actuelle seuls quelques dégâts d’oïdium et de vers sont à signaler. Ces parcelles, et notamment les cépages les plus précoces sont à surveiller à la suite des pluies du 24 août, le possible développement de botrytis pourra entraîner une légère anticipation des vendanges. Mildiou : Très fortes attaques de Mildiou, y compris sur grappes mais de manière très ponctuelle. Ces attaques ont touché les parcelles de manière très hétérogène, principalement des secteurs peu propices au Mildiou (coteaux), mais la situation a été maîtrisée. Les secteurs de FITOU et du MINERVOIS NORD-OUEST ont été les plus touchés. Les CORBIERES ont été peu touchées. Oïdium : Pression moyenne, légèrement inférieure à 2001. Vers de la grappe : Les générations ont été très étalées et les piégeages difficiles, quelques dégâts ponctuels sur certains secteurs, mais pression globalement faible. Botrytis : Suite aux pluies du 24/25 août de nombreux foyers de Botrytis se sont développés, principalement sur les secteurs du Narbonnais et du Minervois. Tous les cépages précoces et à pellicules fines sont touchés. Certaines vendanges devront être anticipées par rapport à la maturité pour éviter de récolter trop de pourri. Les prévisions météo sont mauvaises et risquent encore d’aggraver la situation Des dégâts de grêle d’importance variable (de 10 à 100%) ont été constatés sur le Minervois Ouest, entre Laure-Minervois, Caunes et Félines. La sécheresse se fait de nouveau fortement ressentir cette année, mais les pluies du 24 août (20 à 70 mm) devraient permettre d’éviter les blocages de maturité sur les parcelles qui n’avaient pas perdu trop de feuilles. Cependant, certaines parcelles, dans certains secteurs des Corbières (Névian, Cruscades…) et du Minervois ont été fortement touchées par la sécheresse accentuant les phénomènes de millerandage et occasionnant des chutes de feuilles importantes, ce qui ne permettra pas d’obtenir des maturités satisfaisantes. Les parcelles ayant perdu beaucoup de feuilles n’arriveront jamais à une maturité polyphénolique optimale, il peut être intéressant de vendanger ces parcelles dès qu’un degré suffisant est atteint et d’élaboré avec ces raisins de vins plus sur le fruit que sur la structure. La sécheresse accompagnée de chaleurs ponctuellement importantes a provoqué l’apparition de nombreux symptômes d’Esca ® La Flavescence dorée semble en forte progression sur l’ensemble du département. La crise que l’on traverse et le besoin de réaliser quelques économies ne sont pas étrangers à ce phénomène : attention au vignoble !

Conclusions

Commentaire au 28 août Le potentiel grappes est nettement inférieur à 2001, ce qui permet de supposer un bon potentiel qualitatif pour la vendange 2002. Cependant, il faudra gérer au mieux les parcelles millerandées : vendanger tôt à la machine ce qui peut éviter de vendanger les grains millerandés, mais on aura une perte de volume et de maturité globale, ou attendre, si les conditions météo le permettent, pour avoir une maturité correcte des grains millerandés. Avec le Millerandage, la seconde caractéristique forte du millésime sera le stress hydrique qui touche fortement l’est du département. Il faudra tirer les leçons du millésime 2001 : une vigne sans feuille ne peut plus faire mûrir des raisins, il faut récolter, si le feuillage reste fonctionnel, il faudra savoir être patient pour obtenir une maturité phénolique optimale. Commentaire au 11 septembre Les orages qui ont débuté au 24/25 août, suivis d’une humidité persistante compliquent les vendanges : de nombreux foyers de Botrytis sont observés sur tous les secteurs et les cépages sensibles. Ils sont souvent dus à un gonflement puis un éclatement des baies suite aux pluies. La possibilité d’attendre une maturité optimale et de réaliser un grand millésime va donc être très liée à la climatologie de début septembre. Il devient difficile de passer de nouvelles pluies sans dégâts importants. Dans les caves, il faudra regrouper les vendanges altérées pour pouvoir les vinifier au mieux sans altérer le potentiel des autres parcelles. Le travail de sélection sera donc fondamental pour ce millésime. Pour l’instant l’espoir d’un grand millésime repose sur les Grenaches, Carignans et Mourvèdres pour les AOC de l’est et sur les cépages bordelais pour l’ouest du département, si les caprices de la météo veulent bien s’estomper. Ces difficultés au niveau sanitaire ne font que confirmer les excès rencontrés sur de nombreux secteurs : rendements, vigueur trop élevés, mauvais palissage, ne sont pas compatibles avec des vendanges de qualité ! Lors de millésimes relativement faciles (1998, 2000, 2001…) ces excès sont gommés par le climat et le soleil. Dès que la situation devient plus délicate, on « s’étonne » de trouver de la pourriture ! Rappelons nous les asperseurs qui tournaient dans les vignes dès le mois de juillet, retournons voir ces vignes aujourd’hui… Ces vendanges difficiles nous ramènent donc aux fondamentaux de la viticulture qui sont trop rapidement oubliés après des années faciles…

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé