LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Bilan des ventes de matériel agricole pour 2000

Dimanche 15 octobre 2000 par Vitisphere

Le Syndicat des Entreprises de Commerce International de Matériel Agricole (SECIMA) a présenté le bilan de la dernière campagne au cours d'un déjeuner de presse le 12 octobre dernier.

Des résultats contrastés

Philippe Lagache, président du SECIMA, a introduit la rencontre en insistant sur le contraste des résultats selon les secteurs. Pour les marchés traditionnels (tracteurs, moissonneuses batteuses, ensileuses), ils ont chuté de façon plus importante que ce qui était prévu par rapport à 1999. Alors que de bons résultats ont été enregistrés dans les marchés plus spécifiques. La baisse des revenus agricoles pourrait expliquer en partie ces résultats. Avec une variation globale de -4%, elle se ressent surtout pour les grandes cultures (-15%), alors que la viticulture a observé une hausse de 18% (chiffres France pour 1999). Les valeurs à l'exportation étaient cependant encourageantes, avec une augmentation de 8,9% pour les tracteurs et machines agricoles dans les six premiers mois de l'année. Les principales destinations d'exportation sont l'Allemagne (22%), le Royaume-Uni (10%), l'Espagne (8%) et les Pays-Bas (7%). Plusieurs tendances sont observées dans l'achat du matériel, notamment la recherche de baisse des coûts d'exploitation (par exemple par les achats en commun) et le souci de l'environnement. L'application de nouvelles normes, en particulier pour les pulvérisateurs, devrait être génératrice d'investissements pour le futur. Se faisant le porte-parole de Jean Lemerle, président du SEDIMA (distributeurs de matériel agricole), M. Lagache a rappelé que le climat n'était pas à l'optimisme chez les distributeurs. Leurs principales préoccupations sont : le niveau important des stocks, la crainte d'une baisse de chiffre d'affaires, la mise en place des 35 heures et les conséquences des multiples fusions chez les constructeurs. Le SECIMA prévoit une année 2001 difficile, mais ne baisse pas les bras. Il compte sur la modernisation de l'agriculture, 'phénomène irréversible', pour entretenir la bonne santé du marché. Chaque secteur a ensuite donné lieu à une présentation détaillée.

Les évolutions dans quelques secteurs

Pour la protection des cultures, la dernière campagne a été globalement stable. Les ventes d'automoteurs ont encore progressé avec des succès confirmés pour les matériels à rampe arrière et la suspension sur les essieux. Le confort des cabines et l'ergonomie continuent de s'améliorer. Même si leur marché est freiné, les pulvérisateurs traînés sont toujours les plus vendus. Le marché des pulvérisateurs portés se maintient. On note un développement des ventes pour la viticulture. Le domaine des matériels de protection des cultures devrait évoluer dans l'avenir, non seulement par la volonté des professionnels et des agriculteurs, mais aussi par l'apparition de nouvelles contraintes réglementaires : le contrôle obligatoire des pulvérisateurs agricoles et la certification du matériel neuf, à partir du 1er janvier 2003. La baisse des ventes se poursuit pour le matériel de travail du sol. Elle concerne tous les types de matériel : -20 à 25% pour les charrues, -15% pour les herses rotatives, -15% pour les outils à disques et -10% pour les outils à dents. C'est dans le secteur des grandes cultures qu'elle est la plus marquée. Cette baisse devrait se retrouver en 2000-2001. La chute des ventes de tracteurs a été moins importante que prévu. Avec environ 38 000 tracteurs vendus, la campagne 1999-2000 affiche une régression de 8,6%. Les variations sont grandes d'une région à l'autre. On observe une forte chute dans le sud-est, mais avec de grands écarts selon le département. Dans le Vaucluse et l'Aude, deux départements à vocation viticole, les évolutions sont respectivement de -20% et 0% (marché stable). On retrouve la même irrégularité dans le sud-ouest (Gironde stable, +12% pour les Pyrénées-Atlantiques, -30% pour le Tarn et Garonne). Le grand ouest et le centre-ouest affichent une baisse quasi-générale. Le centre-est et le centre baissent légèrement. Enfin dans l'est la situation est plutôt positive, mais avec encore de fortes variations. L'analyse est donc difficile, le volume des ventes dépendant beaucoup de l'agressivité commerciale des concessionnaires locaux, mais il en ressort quand même une érosion de l'activité dans ce secteur, qui devrait probablement se poursuivre l'année prochaine. Les ventes de véhicules agricoles remorques ont augmenté de 1,5% (20 700 unités vendues de janvier à août 2000). Le petit marché (environ 350 unités sur cette période) des bennes viticoles à vis est stable. Celui des bennes viticoles basculantes est en augmentation (780 unités sur cette période, soit 40 de mieux). 1999 avait été 'une année faste' pour le marché des bennes viticoles, il se stabilise donc à un niveau intéressant.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé