LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Conjoncture

Le manque de vin pénalise les volumes en Bourgogne

Mardi 22 septembre 2015 par Juliette Cassagnes

Conjoncture : le manque de vin pénalise les volumes en Bourgogne
Les exportations de vin bourguignonne sont en recul de 3,8% en volume mais restent orientées à la hausse en terme de chiffre d'affaires à +5%.

A l'export, les sept premiers mois de 2015 indiquent une nouvelle progression du chiffre d'affaires de 5%, soit 20,6 millions d'euros supplémentaires, selon le Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne (BIVB). « Le marché suit...Pour le moment, cela tient », a commenté Claude Chevalier, président du BIVB, au sujet de cette nouvelle inflation des vins de Bourgogne. Côté volumes, les ventes sont en revanche encore en baisse : elles enregistrent -3,8% sur la période, passant de 46 millions de cols exportés en 2014, à 44,4 millions de cols en 2015. L'explication avancée : « le manque de vin ».

 

Certains marchés se maintiennent, comme les Etats-Unis, le Canada, et l'Asie (Chine, Hong-kong, Taïwan, Singapour, Thaïlande, etc) tandis que d'autres plongent. C'est le cas, dans l'ensemble, de l'Europe continentale, avec l'Allemagne, les Pays-Bas, la Belgique. « Ces pays sont plus orientés vers la grande distribution, donc plus impactés par l'augmentation des prix, justifie Louis-Fabrice Latour, président délégué du . Mais le millésime 2014, qui va bientôt arriver sur le marché, renflouera les volumes ».

 

Selon leur estimation, les ventes à l'export des vins de Bourgogne pour l'année 2015-2016 devraient « se tenir », grâce aux Etats-Unis « pour lesquels il y a de bonnes perspectives », et l'Asie, « qui se porte bien ».

 

Côté marché français, les ventes sont plutôt en berne. Sur le circuit « traditionnel », qui représente 27% des ventes du bassin, les ventes à la restauration baissent de 2,6% entre 2013 et 2014. Elles se traduisent par une perte du nombre de restaurants proposant des vins bourguignons - en 2014, la Bourgogne était présente dans 59 % des restaurants, contre 63 % en 2013 – mais aussi par une diminution de l’offre de vins de Bourgogne par restaurant : le nombre moyen de références pour chaque établissement détenteur était de 7,8 en 2014 contre 8,1 en 2013. En cause : « le manque de vin ». Concernant les cavistes, les ventes se portent un peu mieux : ils sont 40 % à évoquer une stabilité des ventes pour 2014 et 33 % à enregistrer une hausse par rapport à 2013. Ils ne sont que 26 % à enregistrer une baisse.

 

Les ventes en grande distribution (23% des ventes de vins de Bourgogne) affichent elles-aussi un recul. Au cours du premier semestre 2015, les volumes écoulés diminuent de 7% et le chiffre d'affaires reste stable (+0,8%). Là encore, l'interprofession évoque un marché le « premier impacté par les petites récoltes successives de 2010, 2012 et 2013 et par le repositionnement des vins de Bourgogne sur des segments de marché plus valorisés ». A noter que cette baisse est surtout le fait des vins blancs et notamment du Bourgogne Aligoté, qui enregistre une chute de 23,5 % en volume.

« La prudence reste néanmoins de mise pour le second semestre 2015, relativise le BIVB. La Bourgogne devant reprendre petit à petit les parts de marché cédées par manque de vin ».

[crédit graphique: BIVB]

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé