LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Antonin Iommi-Amunategui

"le vin naturel doit obtenir une reconnaissance officielle"

Mardi 15 septembre 2015 par Marion Sepeau Ivaldi

Antonin Iommi-Amunategui :
En librairie le 15 septembre, le "Manifeste pour le vin naturel" promet quelques longs débats. Il défend l'idée d'une reconnaissance ministérielle pour les vins natures.

Blogger incontournable, Antonin Iommi-Amunategui fait sa rentrée littéraire avec un Manifeste pour le vin naturel. Fidèle à son style piquant et polémique, celui qui a été distingué par la Revue des vins de France cette année, met les pieds dans le plat en réclamant une reconnaissance officielle pour les vins naturels. « Je propose la définition la plus communément admise. Il s'agit de vins issus de vignes cultivées en viticulture biologique, vinifiés avec des bactéries et levures indigènes et sans additifs exception faite des sulfites mais à des teneurs très faibles » indique-t-il.  Son idée promet quelques débats tant dans le monde viticole au sens large que dans celui des producteurs de vin naturel. Ces derniers sont en effet divisés sur la normalisation, vécue comme le couperet final de la liberté, valeur fondamentale de ces vins. « Mais pour moi, c’est le bon moment pour obtenir une reconnaissance officielle. Les vins naturels sont actuellement sous les projecteurs. Ils suscitent l'intérêt, la curiosité. La grande distribution et certains négociants ont senti que l'attrait des vins naturels était une tendance de consommation. Ils cherchent à la récupérer, ce qui présente un risque de détournement de ces vins. La reconnaissance officielle, par le Ministère de l'agriculture, est la seule garantie pour contrer cette usurpation » défend-il.

Le Manifeste explore également le rôle sociétal des vins naturels. « Ils sont un laboratoire idéal, une utopie sociétale car ils concrétisent les aspirations de la société en matière d'agriculture en étant une contre-culture. Ils forment une chaîne éthique du pied de vigne, au consommateur en passant par commercialisation équitable » explique le blogger. Et cette utopie se poursuit jusque dans le verre. « Ces vins sont plus digestes et tapent moins la tête ; ce qui leur confèrent une ivresse plus douce. Ils rassemblent des personnes dans un certain état d'esprit, créant une atmosphère particulière comme hors du temps et du monde. C'est du moins, l'expérience que j'en ai. Le partage d'un vin naturel crée une expérience de TAZ (Temporary autonomous zone, Zone autonome temporaire) conceptualisé par l'écrivain américain Hakim Bey. Le vin naturel apporte quelque chose de plus et de différent, il offre une piste pour vivre mieux, pour partager de façon idéale ». En un mot : ils amplifient le bonheur !  

  

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé