Vrac

Les échanges vins de Bordeaux en baisse de 9 %

Jeudi 06 août 2015 par Alexandre Abellan

Vrac : les échanges vins de Bordeaux en baisse de 9 %

Sur la dernière campagne, 2,32 millions hectolitres de vins de Bordeaux ont été échangés, tous millésimes et appellations confondus, soit une baisse de 9 % par rapport à la campagne précédente d’après les enregistrements en vrac du Conseil Interprofessionnel des Vins de Bordeaux. Ce retard se retrouve sur toutes les appellations : -3 % pour l’AOC Bordeaux rouge (à 1,2 million hl), -20 % pour les côtes de Bordeaux (à 245 000 hl), -12 % pour les blancs secs (à 250 000 hl, -15 % pour les liquoreux). Seule l’appellation Bordeaux Rosé se distingue, affichant une hausse de 10 % de ses transactions, à 115 000 hl (pour une production record de 258 000 hl en 2014).

Dans l’ensemble, « le début de la campagne aura été marqué par un manque de disponibilités. Ce qui été disponible en vrac sur le millésime 2013 l'avait rapidement été sur la dernière campagne » résume Jean-Philippe Code, directeur des services économiques du CIVB. Particulièrement marqué sur le premier trimestre (-50 % par rapport à août-septembre-octobre 2014), ce retard s’est estompé après la mise en marché du millésime 2014, même si le rattrapage doit rester relatif (la hausse de 80 % des échanges en juillet est à pondérer par la faible activité de ce mois). La place de Bordeaux semble donc avoir fini par digérer le coup dur du petit millésime 2013 : une baisse de 30 % de la récolte et une hausse de 25 % des cours.

« Les cours ont clairement fléchi pour les rouges, une récolte plus abondante ayant détendu les cours. Mais la baisse reste modérée » analyse Jean-Philippe Code. Le prix moyen reste globalement ferme, à 1 215 euros le tonneau de Bordeaux rouge (-6 %). Les cours baissent de 6 % pour le groupe de Saint-Emilion, de 4 % pour les côtes de Bordeaux, de 4 % pour les liquoreux… L’appellation Bordeaux rosé se distingue par une chute plus marquée : -7 % à 1 144 €/tonneau. Ayant au contraire vu leurs stocks s’épuiser rapidement, les blancs secs de Bordeaux affichent une hausse de 3 % de leur cours (à 1 189 €/tonneau).

Si le marché des vins en vrac de Bordeaux revient à des volumes plus classiques, cette campagne 2014-2015 n’aura pas pâti que du manque de disponibilité hérité du millésime 2013. Son retard au démarrage peut s’expliquer également par une moindre demande. « Depuis la crise de 2008-2009, les opérateurs se plaignent du manque de visibilité sur les marchés moins porteurs » rapporte Jean-Philippe Code, qui se veut rassurant en observant « des signes encourageants. On le voit notamment sur la Chine, où la chute des expéditions de Bordeaux s'est arrêtée dans les premiers mois de 2015 avec un cumul mobile de 360 000 hl, remontant fin mai à 396 000 hl. »

 

 

(Photo de la Place de la Bourse de Bordeaux : Thomas Sanson ; Mairie de Bordeaux)

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé