LE FIL

 Je reprends ma lecture 
{{str_intro_2}}
{{str_intro_3}}
{{message_alert}}
 {{bt_suivant}} 

 Je réponds 
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Vinexpo 2015

à la fermeture, un bilan qualitatif à défaut de quantitatif

Jeudi 18 juin 2015 par Alexandre Abellan

Vinexpo 2015 : à la fermeture, un bilan qualitatif à défaut de quantitatif

Ambiance de fin de fête au parc des expositions de Bordeaux, les allées de Vinexpo ne bruissant plus que des préparations de retour en ce dernier jour de salon. Bravant l'ordre de ne pas démonter leurs stands avant 16 heures, les exposants poussent depuis le début d'après-midi leurs diables chargés de bouteilles, ou poussent leurs valises pleines de prospectus. En attendant un résultat chiffré*, l'organisation de Vinexpo estime actuellement que le nombre de visiteurs de l'édition 2015 serait sensiblement identique à celui de 2013 (soit 48 858 visiteurs). Une appréciation qui ne manque pas de faire tiquer nombre d'exposants et de visiteurs. Les uns comme les autres ont en effet été marqués par des allées clairsemées, du moins en dehors des journées plus actives de lundi et mardi (et de la fin de matinée du dimanche...).

« Je n'y crois pas. Ce n'est pas possible avec un hall en moins » tranche Bernard Guibert, directeur général de Sovex Grands Châteaux. Au-delà du ressenti de l'affluence, pour lui, « la seule question qu'il faille se poser, c'est l'impact que peut avoir la fréquentation sur la prospection. L'intérêt de Prowein, c'est qu'il y a énormément de nouveaux contacts... » S'il est une idée communément admise, c'est bien qu'à Prowein viennent les acheteurs ''opérationnels'' et qu'à Vinexpo se retrouvent les responsables ''stratégiques'' (cliquer ici pour en savoir plus). 

Le directeur général de Vinexpo, Guillaume Deglise  maintient cependant le constat d'un visitorat 2015 égal à celui 2013, « les chiffres sont les chiffres, et je peux vous dire que ce sont les bons ". Aux incrédules, il explique que « désormais, il y a de nombreux événements et conférences montés dans le salon et les allées du Lac ne désemplissent pas. Et je ne suis pas à la recherche du remplissage du salon avec des tonnes de visiteurs. Nous sommes très sélectifs au niveau des inscriptions et avons écarté beaucoup de non-professionnels ».

Directeur de l'Union Interprofessionnelle des Vins de Cahors, Jérémy Arnaud a bien ressenti une meilleure « qualité en visitorat, ce qui va dans le sens d'un salon ne progressant pas en quantité », même s'il précise que sa « satisfaction est aussi liée à notre bon placement (avec les vins argentins, au cœur du hall 1) et à une force collective amorcé (avec la présence de la maison Rigal, premier négociant de Cahors, et Vinovalies, le premier producteur de l'AOC). » Egalement satisfait de la qualité de ses contacts, Thierry Kummel, responsable du marketing opérationnel du Centre Vinicole Champagne Nicolas Feuillatte, estime malicieusement que « si les zones de libre dégustation n'ont pas rapporté de retours commerciaux, elles nous ont permis d'éviter les morts de soif qui se pressent souvent au stand pour une coupette... » Comme d'autres, il salue l'annonce du passage de Vinexpo à 4 jours en 2017.

Et s'il y a un autre soulagement pour la nouvelle direction de Vinexpo, c'est bien sa logistique solide, qui a mis un terme à la plupart des critiques en terme de transports, restauration et... sanitaires.

 

 

 

* : Ce bilan doit être annoncé dans le courant de l'après-midi.

 

 

[Photos : Clap de fin sur Vinexpo 2015]

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé