LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Côte d’Or

Le modèle oïdium annonce une pression très élevée pour la campagne 2015

Vendredi 15 mai 2015 par Juliette Cassagnes

Côte d’Or : le modèle oïdium annonce une pression très élevée pour la campagne 2015

« La protection phytosanitaire contre le mildiou et l’oïdium a déjà démarré dans quasiment tout le vignoble des Côtes et Hautes-Côtes de Beaune et de Nuits », témoigne Pierre-Etienne Petitot, conseiller viticole à la Chambre d’agriculture de Côte d’Or. A l’annonce de l’épisode très pluvieux du week-end du 8 mai, la quasi-totalité des viticulteurs a en effet voulu anticiper les premières contaminations liées au mildiou et à l’oïdium, en déclenchant leur premier traitement avant la fin de semaine. Depuis, la protection est donc « en place » et les renouvellements d’applications vont se poursuivre tout au long de la campagne.

Plus que le mildiou, c’est surtout l’oïdium qui retient cette année l’attention des spécialistes : « Aussi bizarre que cela puisse paraître, le plus préoccupant pour ce début de campagne, c’est l’oïdium, explique le conseiller. L’indice de risque pour l’année 2015 donné par notre modèle « SOV », est en effet extrêmement élevé, notamment par rapport à 2014 ». Ce dernier tenant compte des données climatiques des quinze derniers mois : températures, hygrométrie, pluviométrie. Sur le « terrain », l’observation des parcelles du réseau de surveillance a jusqu’à présent permis de détecter des taches d’oïdium « assez fréquentes », et sur un nombre de parcelles « plus élevé qu’habituellement ». « Cela commence donc à se vérifier, commente Pierre-Etienne Petitot. Mais nul ne peut savoir comment les choses vont évoluer, relativise celui-ci. Nous devons donc attendre de voir dans les semaines à venir quelles seront les dynamiques de contaminations… ».

Par conséquent, la maladie va être « suivie de près » dans le vignoble, aussi bien sur chardonnay que sur pinot noir, cépage qui, depuis quelques années, est également devenu très sensible au champignon. « Il va falloir être vigilant vis-à-vis de la stratégie mise en place, à bien tenir les cadences et peut-être effeuiller plus que d’habitude », prévoit celui-ci.

Côté phénologie, ces dernières semaines ont été marquées par une pousse active de la vigne, liée aux températures estivales et aux forts épisodes pluvieux du mois de mai, impliquant « un rythme soutenu pour les viticulteurs ». Les parcelles les plus avancées sont au stade 11-12 feuilles et les moins précoces au stade 5-6 feuilles, soit, pour le moment, « une année de relative précocité ». Le retour à des températures plus fraîches à partir de ce week-end devrait leur permettre de « souffler un peu ».

 

 

[Photo: Symptome d'oïdium sur feuille, BASF]

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé