LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Hérault

Les premiers traitements contre le mildiou et l’oïdium démarrent

Jeudi 07 mai 2015 par Juliette Cassagnes

Hérault : Les premiers traitements contre le mildiou et l’oïdium démarrent

Dans l'Hérault, les récentes pluies qui se sont abattues fin avril et les températures en hausse ont fait grimper ces derniers jours le risque mildiou : « Depuis le 30 avril, nous découvrons les premiers foyers primaires de contaminations, caractérisés par une ou plusieurs taches souvent fructifiées, sur de nombreux secteurs », résume Laurent Gourdon. Sur deux zones – Basse vallée de l’Hérault et Montpelliérains - les premiers repiquages ont même été observés le 5 mai, obligeant les viticulteurs à démarrer leur protection phytosanitaire. Seuls le Biterrois, la vallée de l’Orb-Lodévois et le nord Montpelliérains restent actuellement indemnes de mildiou, mais la Chambre d’agriculture conseille vivement les viticulteurs de ces zones à prospecter leurs parcelles.

Dans le vignoble de l’Hérault, le débourrement s’est produit entre les 30 mars et 8 avril derniers, soit il y a un mois environ.  « Après avoir débourré, selon les cépages, avec une semaine à dix jours de retard par rapport à 2014, le vignoble commence à rattraper son retard, grâce au mois d’avril qui a été relativement chaud », témoigne Laurent Gourdon, chef de service à la Chambre d’agriculture de l’Hérault. 2014 étant une année qualifiée de « très précoce », 2015 reste donc pour le moment une année « un peu précoce », similaire en terme de dates de développement à 2009 et 2012.

 

Les vignes se situent désormais, à début mai, entre le stade « 5-6 feuilles étalées avec inflorescences visibles » pour les parcelles les plus tardives, et le stade « boutons floraux séparés », pour les plus avancées. « Concernant le risque gel, je pense qu’on est tiré d’affaires », estime le responsable. Début avril, des températures négatives ont provoqué quelques dégâts, mais souvent limités, significatifs seulement dans de rares situations.

 

Les conditions météorologiques ont également été favorables au développement de l’oïdium sur Carignan : « Des drapeaux sont observés un peu dans tous les secteurs sur ce cépage, connu pour sa sensibilité, avec quelques repiquages », indique le responsable. Pour ces parcelles, ainsi que pour celles connues pour leur forte sensibilité, la protection a donc déjà démarré.

 

A noter enfin que les vols de premières générations d’Eudémis se poursuivent, avec des pontes à tous les stades observées. Les toutes premières éclosions sont actuellement en cours, mais la consigne reste pour le moment « d’attendre ».

[Crédit photo: Chambre d'agriculture Hérault]

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé