LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Listrac Médoc

Pour créer le dialogue, Pascal Bosq met ses phyto au rythme scolaire

Mardi 05 mai 2015 par Alexandre Abellan

Listrac Médoc : pour créer le dialogue, Pascal Bosq met ses phyto au rythme scolaire

Ayant des vignes à proximité de l'école maternelle, du stade et d'un lotissement de la ville de Listrac-Médoc, Pascal Bosq (château Liouner) vient de signer une charte où il s'engage à adapter l'épandage de ses parcelles au calendrier scolaire. Signé ce 2 mai, le texte indique en effet que « les traitements des parcelles concernées seront réalisés le soir en semaine après 19 heures, idéalement le vendredi, ou le matin de très bonne heure » hors vacances scolaires. Il s'engage également à avertir au moins un jour à l'avance l'établissement scolaire* de ses horaires de traitements et à utiliser pour le traitement de ses parcelles « uniquement des produits d'agriculture biologique »**.

Allant au-delà du cadre fixé par l'arrêté préfectoral du 23 juin 2014, Pascal Bosq ne se veut pas exemplaire : « ce que l'on fait, c'est parce que l'on en a envie. On pourra ainsi établir le dialogue, pour informer les parents d'élèves et rassurer les enseignants. Je préfère le contact et la discussion avant de recevoir des choses écrites dans lesquelles on ne se reconnaît pas... » Si le château Liouner avait déjà adapté ses pratiques à son voisinage, cette étape de formalisation répond à la réception d'un courrier type fourni pas l'association Générations Futures aux « riverains des pesticides ». Militante l'ONG (et ouvrière viticole sur l'appellation Listrac Médoc), Marie-Lys Bibeyran estime que « cette charte démontre que l'on peut combiner travail dans le respect de l'environnement et de ses concitoyens avec contraintes économiques ».

Encore peu connue dans le vignoble girondin, la charte signée par Pascal Bosq ne suscite pour l'instant que des commentaires polis. « C'est une initiative privée tout à son honneur » estime ainsi le président du syndicat viticole de Listrac Médoc, Patrice Pagès (château Fourcas Dupré), qui rappelle que « le sujet n'est pas nouveau, ni le bon sens. Le mieux reste d'informer les voisins concernés. » A Listrac Médoc, d'autres vignerons n'hésitent pas à parler de tensions avec le voisinage (climat pesant qui est exacerbé par la prise agressive de photos, vidéos...). « Ce sont les maisons qui sont venues à la rencontre de la vigne » rappelle Pascal Bosq, qui est adjoint au maire de Listrac Médoc. S'il regrette aujourd'hui que les présentations avec la zone viticole n'aient pas été faites (les riverains ne voyant pas dans la vigne un outil de travail), il prévoit de remettre en place les dispositifs élémentaires du vivre ensemble (notamment la plantation de haies paysagères, comme en Côtes de Bourg).

Avec le début de la campagne de traitements phytopharmaceutiques, ces pratiques de bon voisinage devraient essaimer. Ou du moins se faire mieux connaître. Même si les bonnes pratiques ressemblent plus à des astuces qu'à des engagements. Le Système de Management Environnemental du vignoble de Bordeaux doit prochainement proposer un livret donnant des conseils en la matière.

 

* : en pratique il s'agira des signataires de la charte, soit Marie-Lys Bibeyran (militante pour l'association Génération Future) et deux représentants de parents d'élèves (Maxime Julliot pour le FCPE et Stephane Dilard pour La Palme).

 

 

** : Depuis deux ans le château Liouner traite uniquement en bio ces parcelles à procimité de riverains. Si Pascal Bosq ne se fait pas d'illussion sur le pouvoir irritant du soufre, il a la volonté « d'utiliser les produits les plus légers possibles en traitement ».

 

 

[Photo aérienne : terrains de foot et de tennis de Listrac Médoc (Google Maps)]

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé