LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Beaujolais

Un vigneron bourguignon poursuivi pour refus du traitement contre la flavescence dorée

Mardi 28 avril 2015 par Juliette Cassagnes

Beaujolais : un vigneron bourguignon poursuivi pour refus du traitement contre la flavescence dorée

La Grande Bourgogne se dirige vers un nouveau procès de viticulteur bio pour refus de traitement insecticide contre la flavescence dorée. Mais cette fois, l’affaire concerne un vigneron bourguignon, dont le domaine viticole est situé en Saône-et-Loire, en appellation Moulin à Vent.

Thibault Liger-Belair a reçu, il y a quelques semaines, une notification de convocation au tribunal correctionnel de Villefranche-sur-Saône (Rhône), le 19 mai prochain. Il lui est reproché la non-application, en 2013, de l’arrêté préfectoral imposant à l’ensemble du département trois traitements insecticides contre la cicadelle de la flavescence dorée. Le viticulteur bio avait, cette année-là, subi un contrôle de la part des services de la SRAL de Saône-et-Loire, qui avaient pu constater les faits.

Cette histoire remonte donc exactement à la même période que celle de « l’affaire Emmanuel Giboulot », et pour les mêmes motifs. Comme celui-ci, Thibault Liger-Belair a pris le parti, en 2013, de ne pas effectuer les traitements obligatoires. « L’arrêté a été pris à la va-vite, sous la peur, suite à la détection d’un foyer important à Plottes, soit à une quarantaine de kilomètres au nord de mon exploitation, précise le vigneron…Sans se soucier ni du cépage*, ni des dommages collatéraux sur les autres insectes d’un tel traitement ». « Je ne suis pas contre le traitement insecticide, tient à ajouter Thibault Liger-Belair…Si demain j’ai un problème de flavescence, je n’hésiterai pas à en faire un ! Ce contre quoi je suis, c’est le traitement arbitraire, la solution radicale, sans prendre au préalable de mesures de prospections détaillées ni de zonages ».

Une petite différence tout de même avec la première affaire : le domaine de Thibault Liger-Belair a la particularité d’être situé à cheval sur deux départements, la Saône-et-Loire et le Rhône. Entre les deux, une route de 5 mètres de large pour les séparer, qui fait donc office de frontière administrative. Or dans le département du Rhône, aucun traitement insecticide n’est imposé à l’époque... De quoi donner au viticulteur bio une raison supplémentaire de ne pas traiter, reprochant à l’administration son « manque de logique et de discernement agronomique ».

Depuis que l’annonce de son procès a été rendue publique – pas plus tard qu’hier - le vigneron ne cesse d’être contacté par les médias et sollicité par de nombreuses associations écologiques. Surpris par l’intérêt que suscite son cas et face à la médiatisation croissante de son histoire, celui-ci assure « ne pas en avoir la maîtrise et ne pas l’avoir cherchée ». « Mais maintenant qu’elle arrive, je vais essayer de m’en servir pour faire passer un message constructif, explique celui-ci. Je ne veux pas en faire un combat politique ; je ne cherche pas à me battre, mais simplement expliquer pourquoi je n’ai pas traitéEt si je peux faire avancer les choses concernant cette décision incohérente, ce sera un pas en avant !».

 

Pour organiser sa défense, le viticulteur a pris un avocat. « Sur le papier », il encourt une amende de 30.000 € et 6 mois de prison, mais il se dit « serein » pour la suite et concernant la décision prise.

 

(*Dans le secteur contaminé de Plottes, le cépage chardonnay était concerné, connu pour sa sensibilité à la maladie. Les vignes du domaine sont plantées en Gamay.)

 

 

[Crédit photo: copie écran film Youtube, G Bodin]

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
craoux Le 05 mai 2015 à 11:08:11
Les îlots conduits en bio ne peuvent s'abstraire d'une réalité à savoir qu'ils restent globalement inclus dans un bcp plus grand espace où il y a - qu'on aime ou pas - une autre vision de l'agriculture. Ce qui me conduit à être très perplexe face à l'intransigeance des partisans bio qui adoptent un langage binaire (on est Ok avec eux ou pas .. plus moyen de discuter).
rol Le 05 mai 2015 à 09:51:13
Je ne modifie en RIEN mon appréciation des propos de ce BIO qui sont totalement limpides....mais maintenant qu'un autre ENRAGE de la meme espece se permette, au nom de sa SUPER Vision et de son intelligence Superieure , de me traiter d'IDIOT...prouve simplement que l'intolerance et l'anarchie sont dans le camp des donneurs de leçon...... De plus, on sait depuis TOUJOURS qu'il est inutile d'essayer de convaincre un Enragé....Alors, stop....
Marrimpoey Georges Le 04 mai 2015 à 08:27:41
La situation est suffisamment claire pour ne pas avoir a incriminer le vigneron de cette maniere et vouloir prétendre qu´il se fout de ses voisins. Il faut savoir lire ce qui est écrit. D´autre part, il faut aussi avoir le courage de donner son nom quand on écrit sur la toile ou ailleurs. Le pseudo permet toutes les dérives ( ref. rol) Un peu plus de discernement et d´intelligence ferait du bien au débat.
rol Le 02 mai 2015 à 09:50:46
EN clair ; si je suis touché MOI-MEME...je traite et si ce sont mes voisins ; Qu'ils crevent.....et si demain il y a la peste, je ne me soigne pas tant que je ne l'attrape pas et si je contamine mes voisins...pas mon probleme...et quand l'AUTORITE me donne un ordre , je fais ce qui me plait comme pour les Feux Rouges ou les Stop.....Tout commentaire est inutile....
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé