LE FIL

 Je reprends ma lecture 
{{str_intro_2}}
{{str_intro_3}}
{{message_alert}}
 {{bt_suivant}} 

 Je réponds 

Tourisme oenofluvial

Et au milieu de Bordeaux coule une rivière

Jeudi 02 avril 2015 par Alexandre Abellan

Tourisme oenofluvial : et au milieu de Bordeaux coule une rivière

« La Garonne est l'un des derniers fleuves d'Europe à ne pas connaître de développement ambitieux de son tourisme » constate Philippe Lacourt (gérant de Bordeaux River Cruise, également fondateur Gens d'Estuaire et homme de l'île de Patiras), la faute à un « fleuve difficile, long et à une eau qui n'est pas claire... Blonde admettons ! » Cette inertie semble désormais vaincue, l'arrivée de croisiéristes multinationaux réveillant l'attractivité des rives girondines, désormais jalonnées de pontons en travaux... A commencer par celui de la Cité des Civilisations du Vin, qui couplera une plate-forme dédiée à l'offre oenotouristique bordelaise et un point de départ vers le vignoble. Acompagnant depuis 8 ans cet élan, Bordeaux River Cruise mise sur les sorties à la journée, sous la forme de croisières œnologiques (ou wine cruise), alliant initiation à la dégustation, découverte du fleuve et dégustation en propriété.

Se basant sur le succés portugais de la vallée du Douro, Guillaume de Mecquenem (gérant de BRC et ancien skipper) explique que les activités fluviales se développent mécaniquement dès que la rivière devient un outil touristique. Pour soutenir ce projet fluvial de route des vins de Bordeaux, BRC a acheté et rénové l'an dernier le Sicambre*, un bâteau pouvant accueillir sur deux étages 150 personnes en mode restaurant ou 280 personnes en configuration cocktail (originaire d'Istambul, le Sicambre transportait près de 700 personnes sur les rives du Bosphore). A fond plat et avec un tirant d'air de 6 mètres 50, peut passer sous le pont Chaban Delmas et le pont de pierre (à marée basse pour ce dernier). Officiellement mis en route ce mois d'avril, le bateau-restaurant est soutenu par les syndicats de Blaye Côtes de Bordeaux (voir ci-dessous), des Bordeaux et Bordeaux Supérieur (qui y tenaient leur soirée de primeurs ce 30 mars), des Côtes de Bourg (qui investit actuellement dans une maison des vins ouverte sur son fleuve).

« Pour créer un flux viticole, on ne propose pas qu'un tour dans l'eau : il faut s'impliquer dans l'animation événementielle » ajoute Guillaume de Mecquenem. Ce dimanche 12 avril, la compagnie propose ainsi une croisière matinale pour rallier les 20 ans du printemps des vins de Blaye. Une première qui permet de rappeler le lien naturel de l'appellation viticole avec son fleuve et sa citadelle (élément du verrou Vauban) souligne Mickaël Rouyer, directeur du Syndicat Viticole de Blaye Côtes de Bordeaux. « Cette année le printemps de Blaye commence directement à Bordeaux, ce qui s'inscrit aussi dans une démarche de consommation responsable » note Cendrine Caillier (responsable de la communication de Blaye). Réunissant 80 vignerons, cet événement blayais propose une foule d'animations oenotouristiques : ateliers d'assemblage, de démonstrations culinaires, de labours, de tonnellerie... Et même un œnomagicien pour cette vingt-et-unième édition.

 

 

* : Comme les autres bateaux de la flotte BRC (Sardane et Silnet), le nom de Sicambre est celui d'un cheval de l'île de Patiras.

 

 

[Photo du Sicambre : Bordeaux River Cruise]

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé