Ecophyto

La deuxième version maintien les objectifs mais repousse les échéances

Mardi 03 février 2015 par Christelle Stef - La Vigne Vitisphere

Ecophyto : la deuxième version maintien les objectifs mais repousse les échéances

Le 30 janvier, Stéphane Le Foll, le ministre de l’Agriculture a lancé la deuxième version du plan Ecophyto. Sans surprise, il maintient le cap d’une réduction de moitié de l’usage des produits phytos avec toutefois une révision des échéances : - 25 % en 2020 et - 50 % en 2025.

 

Pour y parvenir, il a annoncé un renforcement des moyens financiers affectés à ce plan. L’augmentation de l’assiette de la redevance pour pollution diffuse va ainsi rapporter 30 millions d’euros supplémentaires, qui s’ajouteront aux 40 millions actuels.

 

« Il faut aller vite, mais il faut aller au rythme des agriculteurs », a insisté Stéphane Le Foll. Et d’expliquer qu’il faut inciter les professionnels à investir dans des agro-équipements plus performants, à diversifier les cultures et à poursuivre le développement du bio.

« Nous allons également poursuivre le retrait des matières actives les plus dangereuses. Et la France a sollicité la Commission européenne pour qu’elle accélère le réexamen de plusieurs substances préoccupantes», a-t-il lancé.

 

Stéphane Le Foll souhaite également amplifier la diffusion des bonnes pratiques et des itinéraires culturaux économes via le réseau des fermes Dephy. De 2000 fermes, il faut passer à 3000, ce qui, par effet d’entraînement, permettrait de toucher 30 000 exploitations.

 

Enfin, il a présenté le dispositif des certificats d’économie de produits phytosanitaires (CEPP) qui seront expérimentés par les distributeurs. L’objectif est que ceux-ci réduisent, en cinq ans, le nombre de doses utilisées de 20 % en utilisant le Nodu (Nombre de doses unités) comme indicateur. Le distributeur qui n’atteindrait pas cet objectif devra verser une pénalité de 11 € par Nodu non économisé. En revanche, ceux qui auront dépassé l’objectif pourront revendre leur Nodu au même tarif de 11 € par Nodu supplémentaire économisé.

 

L’idée derrière ce dispositif est qu’au lieu de faire de la marge sur la vente de produits phytos, les distributeurs la fassent sur la vente de conseils. « On veut passer du contrôle sur les moyens au contrôle sur les résultats a postériori » a conclut Stéphane Le Foll.

 

 Crédit photo : monluc.fr

Tags : Exploitation

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé