Dominique Souslikoff

« Cela ne fait que 5 à 10 ans que l'on sent une volonté de travailler le sol viticole »

Mardi 02 décembre 2014 par Alexandre Abellan

Dominique Souslikoff : « Cela ne fait que 5 à 10 ans que l'on sent une volonté de travailler le sol viticole »

« De 1970 à 2000, au moins deux générations de vignerons ont complètement oublié ce qu'était l'entretien mécanique du sol. Cela ne fait que 5 à 10 ans que l'on sent une volonté de travailler le sol » témoigne Dominique Souslikoff, bien placé pour en juger, ayant repris en 1991 la société familiale éponyme de matériel viticole. Basée à Saint Yzans du Médoc, la maison Souslikoff se spécialise historiquement dans l'entretien du sol (interceps, décavaillonneuse...), « mon père a même connu l'époque où les outils étaient faits pour la traction animale ! » se souvient Dominique Souslikoff. Mais son intérêt pour la conception mécanique, acquise en bureau d'étude, ne le pousse pas au passéisme en matière de travail du sol. Pour lui « on est loin des travaux d'autrefois, des gros labours en profondeur. Maintenant le plus important, et le plus délicat, c'est de travailler sous le pied de vigne. »

Cette orientation est incarnée par le Decalex, outil mixant l'intercep et la décavaillonneuse dès 1988. Le dispositif a depuis été complété par Soltronic en 2008, un capteur d'effort permettant de gérer la profondeur des outils de brossage, et ce de manière indépendante pour chaque côté travaillé. Une idée en amenant une autre, 2014 voit le développement d'un nouvel outil, le Guidalex, qui permet de déplacer horizontalement les outils de chaque côté pour les positionner correctement sur des vignes larges (le prototype actuel a une amplitude allant de 2,3 à 4 mètres). Suite logique du contrôle de la profondeur par Soltronic, la gestion automatique de la largeur pour les vignes larges est pourtant venue d'une excursion dans les vergers*. Le concept développé pour ces cultures aux rangs espacés (5 mètres en pommes) ne pouvait ensuite qu'être transposé aux vignes larges. Le Guidalex permet « un réajustement indépendant (si les vignes ne sont pas droites, s'il y a un écart du tracteur...). Cela soulage le chauffeur, sinon il faut être sorti de l'élite des pilotes de tracteurs pour gérer un inter-rang de plus de 2,5 m... »

Pour Dominique Souslikoff, l'ergonomie et la facilité d'utilisation des outils ne sont plus accessoires : « les viticulteurs ont tellement de mal à trouver des tractoristes compétents (en terme de réglages, de compromis entre la rapidité et l'efficacité...), qu'il faut simplifier les choses ». L'autre enjeu de l'innovation viticole reste pour lui la réduction des intrants, une tendance qui n'est pas étrangère au déclin du désherbage tout-chimique. Même si le coût du travail du sol reste encore un frein.

 

 

* : Le Guidalex sera d'ailleurs commercialisé lors de ce salon Vinitech, même si le prototype présenté ne sera pas dédié à la vigne mais au pommier (pour un prix allant de 20 à 25 000 euros selon les outils choisis).

 

 

[Photo : Souslikoff]

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé