LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Charente

Le cas-par-cas, seule règle générale pour la taille des vignes grêlées

Jeudi 27 novembre 2014 par Alexandre Abellan

Charente : le cas-par-cas, seule règle générale pour la taille des vignes grêlées

Après la grêle, « il n'est pas évident de reprendre la taille » prévient Jean-Christophe Gérardin (Chambre d'Agriculture de Charente), « toutes les parcelles ne se ressemblent pas, il faut se poser les bonnes questions et faire des essais : tailler long si les rameaux sont beaux et peuvent se plier, ou pourquoi pas partir sur un cordon pour se reconstruire l'année prochaine. » Si les plaies des orages de grêle, tombés en plein week-end de la Pentecôte, et en plein début de floraison, sont pansées, les viticulteurs charentais doivent maintenant penser à la taille des parcelles touchées. Et les réponses ne sont à apporter qu'au cas-par-cas, au terme d'une réflexion que le pôle viticole des Chambres d’agriculture des Charentes compte bien alimenter avec les réunions d’information qu'elles organisent cette fin de semaine. Organisées pour permettre l'échange et la mise en pratique, ces sessions sont volontairement précoces, pour permettre aux viticulteurs d'adapter leurs chantiers, qui s'annoncent d'ores et déjà plus longs (+30 % de taille selon la CA 16).

Pour les pieds taillés en guyot double fortement touchés par la grêle, un prétaillage mécanique et un taille en cordon peuvent ainsi être conseillés (« en respectant bien la charge, avec un objectif de 10 à 12 yeux pour les deux côtés »), alors que dans le cas d'un impact faible, une taille à lattes est envisageable. Dans tous les cas, le tailleur ne doit pas oublier une évidence : la nécessité d'un courson de rappel pour préparer la taille de 2015. Si l'exercice est délicat pour les vignes établies, il l'est encore plus pour les jeunes vignes. « Sur des pieds de deux ans très touchés, il ne faut pas hésiter à retailler à deux yeux, quitte à perdre un an, plutôt que d'avoir une vigne pénalisée toute sa vie. Et pour une vigne de 3 ans, tout dépend de l'établissement... » estime Jean-Christophe Gérardin.

Ironie du sort, en juin la question de la taille se posait déjà pour les parcelles touchées par la grêle. Conseiller, ou non, la retaille en vert aura été un exercice difficile se souvient Jean-Christophe Gérardin. Les résultats des essais réalisés en Charente après la grêle de 2009 n'étaient en effet pas exploitables en l'état, « la grêle avait eu lieu en mai, avant floraison, là on était début juin » explique le conseiller viticole, alors que l'expérience d'autres régions laisse entendre qu'il vaut mieux ne tailler les rameaux de l'année que lorsque la grêle est tombée avant la floraison.

 

 

[Photo : Retaille en vert ; CA16]

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé