LE FIL
Vous devez être connecté pour selectionner cet article dans vos contenus sauvegardés.
x

Vendanges 2014

Le Val de Loire se prépare à un rendement "moyen, moyen haut" [Actualisé]

Vendredi 05 septembre 2014 par Alexandre Abellan

Vendanges 2014 : le Val de Loire se prépare à un rendement

« C'est septembre qui fait les vendanges, et on le voit particulièrement cette année » souligne Charlotte Mandroux (responsable du transfert d'information technique à Techniloire). Après une floraison idéale (homogène et rapide) et une véraison délicate (hétérogène et étalée), tout se joue en effet ces semaines. « Il y a une grande hétérogénéité entre les exploitations, liée aux localisations des pluies qui sont tombées tout l'été et aux stratégies de traitement » note Charlotte Mandroux. « Ce n'est pas dans nos habitudes de continuer à traiter après la véraison, mais la pression de mildiou a été très forte sur feuilles ». Le positionnement des traitements restera donc la clé de ce millésime en Val de Loire. Président de l’AOC Touraine, Alain Godeau, estimait dans un communiqué de l'interprofession* que « 2014 a l’avantage d’être une année sans grosse catastrophe : pas de gel ni de grêle (ou de fortes chaleurs comme en 2011). »

D'après les estimation de récolte de l'Agreste à la fin août, le val de Loire produirait 2,88 millions hectolitres de vins (+10 % par rapport à 2013), dont 2,32 millions hl en AOC (+8 %). Les services ministériels estiment que si « les pluies généreuses de l’été favorisent les maladies, elles contribuent à l’augmentation des rendements ». Un constat partagé par Ludovic Depond, le responsable de production pour la cave de Montlouis constatant que « nous n'avons pas eu une sortie de grappes très correcte, avec les pluies nous avons de grosses grappes et baies : ça a l'air de compenser ». La cave coopérative ne vise cependant qu'un rendement moyen de 50 hectolitres par hectares en AOC Montlouis (le décret fixant le plafond à 65 hl/ha). « En terme de rendements, ce serait une année moyenne, moyenne haute. Heureusement qu'ils seront plus importants qu'en 2013 ! » rapporte Charlotte Mandroux. Arrivant après une petite récolte 2012, le millésime 2013 avait amplifié la baisse des stocks et les difficultés d'approvisionnement des marchés. « Pour répondre à la demande nous avons eu recours à notre carte de négociant (5 à 6 % de nos volumes) » témoigne Ludovic Depond, « nous aurons encore probablement recours au négoce cette année... »

Quant à la précocité enregistrée par le vignoble au début de l'été, elle s'est estompée depuis avec les fortes pluies. « Les premiers coups de sécateurs ne sont pas attendus avant le 12-15 septembre dans les parties précoces du vignoble (Muscadet), on est encore loin de la maturité en Anjou, Touraine... » juge Charlotte Mandroux. Restant prudent et vigilant, le vignoble ligérien surveille « la moindre pluie, qui peut faire partir Botrytis (des attaques ont été constatées en juillet). Mais pour l'instant il n'y a pas de quoi s'alarmer, on croise les doigts ! »

 

Mise à jour du 9 septembre 2014 : la Fédération Viticole d'Anjou Saumur vient de fixer la date de son ban des vandanges, ce 11 septembre pour les vins de base Crémant de Loire et Saumur Mousseux de pinot noir et Chardonnay.

 

 

* : communiqué opportunément intitulé "vers un millésime classique et rassurant".

 

 

[Photo : Interloire (millésime 2008)]

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé