LE FIL
Communication
Lundi 21 octobre 2019

Osez le changement, démarquez-vous !

Communication rédigée par Modules Team
Osez le changement, démarquez-vous !

La mutation en profondeur de nos univers des vins et spiritueux est enclenchée. Il est même utopique de mixer ces deux marchés tant ils sont différents. Nos structures en France sont-elles bien en adéquation avec l’évolution des marchés et des générations ? Quelles sont les mesures à prendre pour rester compétitif en 2025 ? Le cabinet Modules Team est spécialisé en ressources humaines dans le domaine des vins et spiritueux. Nos services sont axés autour de trois thématiques qui sont le consulting RH, le recrutement (cadres et dirigeants) et la formation. Nous intervenons au niveau national et international, pour des clients français désireux de s’établir à l’étranger.

 

Il est intéressant d’observer la mutation actuelle de notre filière qui par obligation adopte de nouveaux codes. Il est communément admis, que la filière est en butte à des difficultés de diverses natures. Les tendances de consommation, l’image du vin, la concurrence accrue à l’internationale, en sont quelques exemples marquants. Les mauvaises nouvelles ne manquent pas et, il faut l’avouer, le contexte actuel incite à la réflexion. Ne versons pas dans le pessimisme, cela ne résoudrait rien. Au contraire voyons-là une formidable occasion de changer nos façons de procéder. Ne dit-on pas que le changement s’opère plus vite quand on y est contraint ? Les réflexes commerciaux, les gestions humaines et les stratégies devraient rester des modèles vivants. Or le constat est amer, bon nombre de structures sont prisonnières de modes de fonctionnement figés. Le conservatisme est omniprésent dans notre filière. Toutefois la nécessité de l’adaptation et du changement apparaît comme un enjeu incontournable pour de plus en plus de chefs d’entreprise. Ceux-là n’attendent pas d’être acculés pour réagir. Ils modifient leur stratégie, anticipent les recrutements, réorganisent leurs entreprises, introduisent de nouveaux outils et essayent de rester attractifs.

D’autres sentent bien qu’il faudrait faire quelque chose mais n’ont pas encore franchi le cap.

Enfin une dernière catégorie navigue entre le déni et le manque de moyens. Et pourtant tout le monde devrait avoir un plan. Un plan pour anticiper les changements pour les 5 à 10 prochaines années. L’actualité nous le démontre au quotidien, l’Asie, les Etats Unis, l’Angleterre qui restent des pays très importants pour les vins français, peuvent rapidement changer de rythme. Il est nécessaire de garder de la pluralité dans les portefeuilles, et pour cela, d’anticiper et de rester agile.

Je constate depuis trois ans, que les jeunes générations ne voient plus les entreprises importantes en taille ou en image, comme un rêve absolu. Je dirais même le contraire. Bien entendu, le luxe, les belles marques de spiritueux, restent des focus importants. Mais dans l’ensemble, les nouvelles générations recherchent de nouveaux modèles. Certains profils rejettent les modèles parentaux et souhaitent garder la maitrise de leur temps. C’est un fait, les personnes entrantes sur le marché ne sont plus enclines à faire 60 heures par semaine, à dormir à l’hôtel un tiers de l’année, pour un salaire modique à leurs yeux. Dans le monde entier le marché du travail connaît de fortes mutations. Les salariés recherchent des missions, au sein de structures éthiques et veulent voir la finalité de leur travail. Redonner du sens au travail.

Le management actuel est arrivé à une impasse pour bon nombre de structures. Si vous demandez à vos collaborateurs d’exécuter sans comprendre le bienfondé de l’action, sans exercer un regard critique, vous appliquez des réflexes d’un autre temps et réduisez considérablement votre attractivité. Julia de Funés (Docteur en philosophe et en ressources humaines) explique bien cette dimension dans la comédie (in)humaine. Sans reconnaissance, autonomie, on frustre les collaborateurs qui s’épanouiront dans leur travail à la condition de se sentir utiles et d’être reconnus. Il s’agit bien de faire preuve d’intelligence émotionnelle c’est-à-dire de savoir être. La technicité d’un métier tant recherchée ne doit pas faire oublier la dimension « humaine vraie », indispensable. Il ne sert à rien de faire semblant. On voit ici et là certaines structures jouer avec le marketing RH pour attirer des profils qui ne seraient pas venus d’eux-mêmes. Fausse piste. Lorsque les valeurs affichées ne correspondant pas à la réalité, le collaborateur a tôt fait de s’en apercevoir.

Le marché du travail est en forte tension. Les cadres sont en plein emploi dans de nombreuses filières. D’après une étude de Korn Fery, il manquera toutes filières confondues, 21 % de cadres en 2030 (étude sur 20 pays). Les cadres manquent mais les employés aussi, que ce soit dans les vignes ou à la cave. Les candidats le savent et dans certains cas jouent avec ce phénomène. Ce biais entraine des comportements parfois assez peu professionnels dans le monde du vin, où comme dans un grand village, tout se sait et se partage. Cette pénurie de candidats s’accompagne d’une grande inadéquation entre l’offre et la demande. Peu d’élus sont en capacité d’apporter une hauteur de vue et des compétences humaines en phase avec les attentes du marché.

 Modules Team a développé un processus exigeant pour présenter à ses clients des profils de haute qualité. Chacun définit son niveau d’exigence comme il l’entend et ceci je peux l’entendre, mais tous les profils comparables ne se valent pas. J’évite la formule ‘bon candidat’ qui ne veut rien dire. Chaque profil a ses atouts et faiblesses et sera adapté à telle ou telle entreprise. Mais soyons honnêtes, celui qui n’est pas professionnel, peu enclin au travail, aura des difficultés dans toutes les entreprises et généralement cumulera les missions sans bien comprendre, que c’est lui qui en est la cause et non son environnement. Ne faisons pas de langue de bois, car je ne connais pas de chef d’entreprise qui embaucherait un laxiste ou un dilettante. Le monde du travail est un monde exigeant et chacun doit comprendre que l’exigence passera par des compétences humaines et professionnelles.

C’est un métier assez récent pour l’ensemble de la filière. Les grandes sociétés y font régulièrement appel. Pour les autres cela reste obscur, voire abscons ou encore inaccessible. Globalement, ces dernières décennies, les cabinets proposaient des profils à leurs clients en cernant leurs enjeux et demandes au préalable.

Aujourd’hui, on l’a vu la technicité a pris beaucoup d’importance, et pour un recruteur non averti, ce n’est pas toujours évident de mesurer cet aspect. Par ailleurs, on peut trouver des collaborateurs, mais seront-il adaptés à l’entreprise, à ses valeurs, aux enjeux de demain ? De nombreuses entreprises gèrent le recrutement en direct, souvent par la cooptation ou le bouche à oreille. Les résultats sont sans appel : dans cette approche, sans préparation précise de la mission et sans une sélection rigoureuse, on est à 2/3 d’échec. Les études de Terpstra (1996 ) et Laberon Lagabrielle Vontthron (2005) démontrent la nécessite d’une méthode de recrutement structurée pour arriver à des résultats satisfaisants. Autres indicateurs : selon une étude de la DARES (Direction de l’animation de la recherche, des études et statistiques), 12% des contrats à durée indéterminée sont rompus lors de la période d’essai, et 16% des salariés démissionnent moins d’un an après leur recrutement ! Car recruter est une chose, et conserver son collaborateur en est une autre. Au final vu le temps passé et les résultats obtenus, est-ce bien rentable de ne pas faire appel à un cabinet spécialisé ?

A l’inverse, des cabinets peu respectueux des candidats agissent comme des repoussoirs dans la filière. 80% des candidats n’ont pas de réponse lors d’un recrutement. Ceci est bien entendu inacceptable. Nous mettons chez Modules Team un point d’honneur à répondre à chaque candidature. Nous avons développé un modèle agile, complet, qui tient compte des profils et met en place un processus très exigeant. Aujourd’hui le métier est en pleine révolution et je présume qu’il sera très profondément modifié dans les années qui viennent. L’arrivée du digital, l’intelligence émotionnelle, les nouveaux métiers, le mangement, l’humain, les enjeux nationaux et internationaux sont quelques éléments qui devraient entrer en jeux dans les mutations à venir. A nous de rendre lisible et attractif et incontournable ce métier fabuleux.

Modules Team a d’ores et déjà adapté son offre. Nous ne nous présentons plus uniquement comme un cabinet de recrutement mais comme un cabinet RH spécifique de la filière des vins et spiritueux. Chaque mission démarre par un audit complet des services et des rencontres avec les collaborateurs. Ceci ne se limite pas à de simples interviews mais à un examen de la situation humaine et stratégique au sein de l’entreprise. Ceci est rendu possible par notre expérience variée (œnologie, marketing, vente, management, psychologie). Chaque consultant est capable d’apporter un regard extérieur sur la situation et de conseiller son client de manière à construire un plan. Car il s’agit effectivement d’un plan. Il nous arrive dans certaines conditions de ne pas proposer de recrutements si la situation nécessite des réajustements profonds. Notre rôle est de conseiller nos clients sur leur projet initial. On doit être capable d’intervenir sur une réorganisation interne, un accompagnement psychologique, une stratégie en marketing RH. Tous ces sujets connexes sont pour nous primordiaux et font la différence avec un recrutement unique. Une expertise fine en psychométrie (techniques de mesure en psychologie) et des études de cas spécifiques permettent de cibler des candidats de choix. L’offre doit être globale et non limitée. Ainsi Modules Team a développé des partenariats avec des consultants à l’international. Actuellement nous couvrons pour nos clients l’Espagne, l’Allemagne, l’Asie et prochainement les États Unis. Une seule et même méthode est appliquée pour des clients français qui recherchent des profils au sein de ces pays. Nous avons adossé à ces expertises de recrutement des modules de formations pour les candidats qui ont besoin d’une spécialisation. Ainsi, nous pouvons proposer à nos clients des parcours qualifiants pour leurs collaborateurs (commerce, œnologie, management, psychologie).

Compte tenu de l’évolution des marchés et de l’intelligence artificielle, on peut tabler sur une accélération du digital. En revanche, plus les algorithmes, reconnaissance faciale, vidéos ou autres outils progresseront, plus nos recrutements devront s’humaniser. Sans cela c’est la perte du lien et la finesse humaine sera compliquée à reproduire même par le meilleur robot. Je vois monter en puissance l’intelligence émotionnelle, qui fait référence à des savoir-être complémentaires aux compétences techniques. Associer un candidat à une entreprise, un contexte, une situation humaine, sera une vraie valeur ajoutée.

Le CV devrait vivre ses dernières années, ce document objet de tous les soins et de tous les fantasmes sera remplacé, car à l’ère de LinkedIn, on peut récupérer les expériences professionnelles facilement. Le recrutement ne sera plus central mais au service d’un projet RH et en lien avec la stratégie de l’entreprise. Les cabinets dédiés aux filières ne seront plus de simples recruteurs mais des partenaires actifs à travers différents domaines RH. Les entreprises seront jugées sur leur attractivité qui fera l’objet d’une évaluation. A noter que cela existe déjà pour les grandes entreprises (ex Great Place to Work). Pour les structures peu attractives par leur management ou leur gestion humaine, le recrutement deviendra de plus en plus laborieux. Enfin, bon nombre de profils travailleront à leur compte pour d’autres entreprises. Ceci va considérablement modifier note façon de travailler. Ce nouveau contrat social est d’ores et déjà activé. Pour exemple, aux États Unis, 35 % des salariés sont indépendants. En France suivant les résultats on se base sur 11%, mais avec des gains annuels importants. On recrutera demain peut-être plus d’indépendants que de salariés ?

Finalement, les entreprises qui resteront ou seront performantes en 2025, auront fait les bons choix en 2020 pour s’entourer des collaborateurs/indépendants les plus adéquats à leurs besoins et au changement. Bien entendu cette approche sera en corrélation avec une dimension stratégique et humaine, en phase avec leurs objectifs.

 

 

Jérôme Sciacchitano

Œnologue

Fondateur du cabinet Modules-Team

Consulting RH, Recrutement, Formation

SIte internet : https://www.modules-team.com/

LinedIn : https://urlz.fr/aPTo

METEO DES VIGNES
Matin
Après-midi
T°Max
T°Min
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé