Accueil / Gens du vin / "L’union fait la force" pour sortir les vins de Bordeaux de la crise
"L’union fait la force" pour sortir les vins de Bordeaux de la crise
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Exemple à Castillon
"L’union fait la force" pour sortir les vins de Bordeaux de la crise

Vigneron à Castillon, le consultant bordelais Stéphane Derenoncourt veut mettre à profit sa notoriété pour valoriser l’appellation
Par Alexandre Abellan Le 28 juillet 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
« C’est la première fois que je prends la présidence de quoi que ce soit » glisse Stéphane Derenoncourt. - crédit photo : Castillon Caractère
S

entant la crise commerciale des vins de Bordeaux s’accentuer, Stéphane Derenoncourt, consultant renommé depuis une vingtaine d’années dans les vignobles français et étrangers, s’implique dans le collectif en présidant un nouveau club de domaines : Castillon Caractère, qui réunit 17 propriétés viticoles. Dont la propriété de Stéphane Derenoncourt*, le domaine de l’A (12 hectares de vignes), dont la valorisation tient plus à sa marque qu’au support de son appellation reconnaît le consultant, qui veut mettre sa notoriété au profit d’un projet de valorisation commune. « Ça m’intéresse d’être au service des autres et de pouvoir leur ouvrir plus rapidement quelques portes » indique-t-il, plaçant ce projet dans le prolongement du palmarès qu’il a développé par le passé avec le syndicat viticole de Castillon Côtes de Bordeaux.

« L’idée n’est pas de faire un club des riches à l’écart, mais d’être le bras armé du syndicat. La porte est ouverte à tous les crus faisant du bon boulot, même peu ou pas connus » précise Stéphane Derenoncourt. Réunissant « l’élite de l’AOC », le club Castillon Caractère repose sur trois critères : un prix de vente aux alentours de 15 € (au consommateur), des pratiques environnementales (avec un suivi technique vertueux, mais pas d’obligation de certification) et une capacité d’accueil à la propriété (avec une offre œnotouristique). Lancé à Paris le lundi 5 septembre prochain, ce club souhaite aller à l’export, avec l’appui Maïwenn Brabant, qui a quitté ses fonctions à l’Organisme de Défense et de Gestion (ODG).

L’union fait la force

Soulignant qu’il n’y a « rien de novateur dans la forme » de ce club à Bordeaux (où la promotion collective va des groupements d’AOC à l’Union des Grands Crus), Stéphane Derenoncourt note que l’« on n’est jamais autant créatif que lorsque l’on a faim. Face au manque de solution du négoce, il y a beaucoup d’initiatives (communication et commercialisation). La clubisation est très à la mode : l’union fait la force. » Constatant un désamour des vins de Bordeaux depuis une vingtaine d’année, Stéphane Derenoncourt note qu’il n’y a pas qu’un problème de surproduction (« on parle d’arrachage, c’est une statistique reposant sur des lois économiques : quand on ne vend pas, on produit trop »), mais qu’il y a aussi un déficit d’image (« le négoce est un accélérateur, pas un créateur de marque » regrette-t-il, appelant toujours à une évolution des négociants).

Pour le vigneron de Castillon, les handicaps de l’appellation sont désormais des atouts. Par exemple, le manque de développement économique face au prestigieux voisin de Saint-Émilion a permis de préserver la biodiversité : « on est à la campagne avec des bois et forêts, pas en monoculture » indique Stéphane Derenoncourt, notant avec approche très familiale à Castillon, avec un « côté un peu paysan, au sens noble. C’est un atout : plus qu’une qualité, il faut vendre un message, comme celui de la transmission familiale. »

 

 

* : Autodidacte hors-système bordelais, Stéphane Derenoncourt estime qu’il ne pouvait pas conseiller des domaines s’il ne possédait pas de vignes. Ayant eu un coup de cœur pour le terroir de Castillon (évidemment de sols argilo-calcaires, comme les affectionne le consultant), il a fondé le domaine de l’A avec son épouse Christine Derenoncourt. Le nom du domaine a été trouvé à l’issue de longues réflexions, où le couple s’est aperçu que beaucoup de mots portant leur idée d’installation commençaient par A (aventure, anticonformisme…). La première lettre de l’alphabet représentant également un nouveau départ.

 

 

Les 17 membres du club :

- Domaine de l'A
- Château d’Aiguilhe
- Château Alcée
- Château Ampélia
- Château Beynat
- Château Cap de Faugères
- Château la Clarière
- Clos Puy Arnaud
- Château La Brande
- L’Hêtre
- Château Le Rey
- Page
- Château Peyrou
- Château Picoron
- Château de Pitray
- Château Poupille
- Château Roquevieille
 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (3)
La rédaction Le 01 août 2022 à 10:26:59
Bonjour Bofred, Merci pour votre remarque, voici ci-dessous la liste des membres du club, désormais intégrée dans l'article : - Domaine de l'A - Château d?Aiguilhe - Château Alcée - Château Ampélia - Château Beynat - Château Cap de Faugères - Château la Clarière - Clos Puy Arnaud - Château La Brande - L?Hêtre - Château Le Rey - Page - Château Peyrou - Château Picoron - Château de Pitray - Château Poupille - Château Roquevieille
Signaler ce contenu comme inapproprié
Raphael ERNST Le 30 juillet 2022 à 11:27:16
En tant que Belge je suis très familier de l'adage "L'union fait la force" mais un Castillon à 15 ? P.C.; vous ne passerez jamais auprès de la clientèle belge, néérlandaise, allemande et j'en passe ! Il a bien trôp d'autres bons svins français et surtout étrangers aux alontours de 10 ? ! Alors qu'à choisir ......
Signaler ce contenu comme inapproprié
Bofred Le 29 juillet 2022 à 11:28:21
Bonjour, voudriez vous ajouter à cet article les 17 châteaux/domaines de Castillon Caractères ? Merci
Signaler ce contenu comme inapproprié

© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé