Accueil / Viticulture / Noté 47/100, l'usage du numérique de la filière vin peut mieux faire
Noté 47/100, l'usage du numérique de la filière vin peut mieux faire
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Digitalisation
Noté 47/100, l'usage du numérique de la filière vin peut mieux faire

Vin & Société présente un indicateur des usages du numérique pour la filière viti-vinicole. Des disparités sont mises en lumière mais le manque de temps apparaît comme la contrainte la plus importante à la progression de cette digitalisation
Par Olivier Bazalge Le 15 février 2022
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Noté 47/100, l'usage du numérique de la filière vin peut mieux faire
Marion Chateau a dressé le bilan des réponses fixant l'indicateur des usages du numérique dans la filière viti-vinicole - crédit photo : Olivier Bazalge
L

e vignoble français a un score global de digitalisation de 47/100. Ce score a été établi par Vin et Société, en collaboration avec le Crédit Agricole, et dévoilé à l’occasion de Wine Paris et la présentation du 1er « indicateur des usages du numérique de la filière vitivinicole ».

C’est l’agrégation de notes pondérées jugeant différents critères de digitalisation de plus de 1 000 exploitations viticoles, négoces ou caves coopératives ayant répondu à une cinquantaine de questions envoyées par Vin & Société. La valeur de 47/100 indique en réalité que « plus de 50 % des vignobles dépassent la moyenne en termes de digitalisation », explique Marion Château, responsable de la communication digitale de Vin & Société.

Les plus jeunes plus digitalisés

Si beaucoup de chiffres découlent de cette étude, quelques tendances fortes se dégagent pour illustrer le niveau de digitalisation de la filière viticole française. Sans trop de surprises, c’est la tranche la plus jeune qui présente les plus grands scores de digitalisation, « mais ce sont également les exploitations les plus grandes qui obtiennent les notes les plus élevées », poursuit Marion Château.

Côté acteurs, les caves coopératives présentent des scores plus hauts que les négoces ou les exploitations. Une catégorisation des usages a également été effectuée. Celle-ci met nettement en évidence que c’est la partie viticulture qui est la moins pénétrée par la digitalisation au sein des exploitations (score 40/100), alors que la catégorie « équipements et logistique » présente le score de digitalisation le plus élevé (52/100). « Ce constat peut s’expliquer par un accès plus facile aux services liés à internet sur cette partie, et moins sur le terrain de la viticulture elle-même », valide Marion Château.

A lire aussi

Pas assez de temps

La commercialisation affiche quant à elle un score moyen de 48/100 et la communication 47/100. « A noter que 18 % des acteurs ayant répondu n’ont pas de site internet dédié à leur activité, et si la communication n’est pas la catégorie présentant le score le plus élevé, c’est celle dont les acteurs perçoivent le plus l’intérêt », enchaîne la responsable communication digitale de Vin & Société.

56 % des répondants veulent se former aux pratiques numériques, « mais 27 % estiment ne pas avoir suffisamment de temps à y consacrer ». Devant le manque d’argent, c’est avant tout cette carence de temps qui est mise en avant comme frein principal pour développer cette avancée dans la digitalisation.

Si cette 1ère édition de l’indicateur des usages du numérique fixe des jalons, elle met également en lumière les zones de progression et les évolutions au fil des années de la digitalisation pour les acteurs de la filière.

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé