Accueil / Commerce/Gestion / "Produire du vin blanc a redynamisé nos ventes de rouge" du Médoc

Diversification bordelaise
"Produire du vin blanc a redynamisé nos ventes de rouge" du Médoc

Si l'AOC Médoc blanc est en réflexion, le mouvement est amorcé dans le vignoble avec le lancement de nouvelles cuvées attirant l'attention des acheteurs sur l'ensemble de la gamme. Exemple avec le château Castera.
Par Alexandre Abellan Le 29 octobre 2021
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Par le passé, le château Castera était un producteur important de vins blancs. - crédit photo : Château Castera
A

vec le Bordeaux blanc de la cuvée Anthoinette*, c’est un retour aux sources médocaines pour le château Castera, 63 hectares de cru bourgeois supérieur du Médoc (200 000 cols). « Au XIXème siècle, la production de vin blanc était importante en Médoc. Elle a disparu progressivement après la non-reconnaissance en AOC et la décroissance de la consommation des blancs dans les années 1950 » explique Jean-Pierre Darmuzey, le directeur de la propriété (appartenant à Thomas Press).

Actuellement confidentielle avec 3 à 5 000 bouteilles/an, cette production limitée permet déjà de dynamiser commercialement le château Castera. « On rencontre du succès, sur les cartes de restaurants. Produire du vin blanc redynamise nos rouges. Ça amène du mouvement. Les acheteurs sont toujours à la recherche de quelque chose de nouveau » rapporte Jean-Pierre Darmuzey, qui souhaite installer le produit avant de se positionner sur de nouvelles plantations.

Terroir frais

Pour l’instant la cuvée est produite sur une parcelle argilo-calcaire où des ceps de sauvignon blanc ont été plantés en 2016 pour une première cuvée produite en 2019. « Il n’y a pas le profil du sauvignon blanc de Bordeaux. On a un côté de poire et de fleur de sureau, avec une certaine fraîcheur, mais pas la vivacité du sauvignon blanc de l’Entre-deux-Mers. Ce n’est pas fait pour accompagner les huîtres. On ne va pas jusqu’au gras, mais il y a de l’onctuosité » rapporte Jean-Pierre Darmuzey, soulignant une fermentation alcoolique réalisée en barriques d’un à deux vins (des essais sur fûts neufs sont en cours) puis un élevage sur lies (maintenues en suspension avec un bâtonnage régulier).

Médoc blanc

D'après le syndicat de l'AOC Médoc, actuellement près de 60 producteurs produisent des vins blancs dans la zone médocaine. Comme le note le directeur du château Castera : « ce n’est pas une grosse production sur 1 000 châteaux, mais l’Organisme de Défense et de Gestion (ODG) travaille pour que dans un futur proche on obtienne l’autorisation de recréer l’appellation qui existait : Médoc blanc. » Ce que confirme Hélène Larrieu, la directrice de l'ODG : « le projet de reconnaissance d’AOC est toujours en construction. Une dégustation entre producteur a eu lieu et nous entamons la définition des caractéristiques techniques qui décrivent les conditions de production d’une telle AOC. »

Produisant également un rosé de manière confidentielle, avec 2 à 3 000 cols pour la vente au caveau l’été, le château Castera profite de l’achat d’un pressoir pneumatique pour les blancs afin d’abandonner la production de rosé de saignée et passer à celui de pressée.

 

* : Le nom de la cuvée provient d’un acte de vente du 21 janvier 1616 signée par « Anthoinette de Montaigne, Dame Darsac et du Castera » pour l’achat de 380 Livres Tournois de vin du château Castera (le document ne permet pas de connaître la couleur des vins achetés).

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé