Accueil / Commerce/Gestion / Les crus du Muscadet en locomotive de la consommation locale

Renouveau nantais
Les crus du Muscadet en locomotive de la consommation locale

La Fédération des vins de Nantes a misé sur la nouveauté pour revenir vers les professionnels régionaux lors du Nouvel ancrage, une journée de promotion de sortie de covid ce lundi 11 octobre. Présentation de ses 10 crus dans son écrin : le château de la Frémoire, siège de l'ODG.
Par Patrick Touchais Le 12 octobre 2021
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Les crus du Muscadet en locomotive de la consommation locale
C’est dans son château de la Frémoire que la Fédération des vins de Nantes a convié les acheteurs professionnels à poursuivre leur exploration des crus du Muscadet. - crédit photo : Patrick Touchais
t

tre prophète en son pays. Et le rester… C’est avec cette ambition que depuis une dizaine d’années, les vignerons du Muscadet sont repartis à la conquête des clients professionnels locaux, en particulier des restaurateurs, dont certains boudaient un peu le vin nantais. Un important travail de (re)séduction a été lancé via des partenariats avec les belles tables de la région nantaise, avec un atout dans la manche : la naissance des crus communaux. Cette dynamique autour de ces vins d’exception (rendement plus serré, élevage autour de 3 à 4 ans, terroirs millimétrés…) a finalement servi à l’ensemble des Muscadets qui ont repris pied sur leur territoire.

Avec désormais, 10 crus à la carte*, la Fédération des vins de Nantes a désormais une large palette de vins haut de gamme à faire découvrir. Elle l’a refait à destination des professionnels du grand ouest (cavistes, sommeliers…) ce lundi 11 octobre dans le cadre de l'opération "Nouvel Ancrage". Quelque 200 acheteurs se sont pressés au château de la Frémoire à Vertou, siège de la Fédération nantaise, où 10 stands de crus proposaient à la dégustation 3 vins différents, choisis parmi les ambassadeurs issus d’une sélection effectuée à l’aveugle au printemps. A chaque cru, sa spécificité. A Clisson, on parle du granit, à Mouzillon-Tillières, on évoque la Sanguèze, ce cours d’eau qui borde les coteaux du cru, à Vallet, on cite le schiste et l’altitude des parcelles, les plus élevées du vignoble…

Bien comprendre les différents crus

En face, beaucoup de cavistes, restaurateurs ou sommeliers sont venus parfaire leur connaissance du sujet. La plupart ont déjà à la carte un ou deux crus, mais recherchent des nouveautés. Caviste à Nantes, Mathieu Coriou imagine bien faire entrer une référence de chaque cru dans sa boutique, en changeant de domaines au fil des saisons. “J’aime bien parler vin et table. Avec les crus, c’est facile. Ils sont faits pour ça ! Bien sûr, il faut un peu de temps pour amener des clients habitués au Muscadet classique, vers des bouteilles à 15 € ou plus. Mais c’est notre travail d’expliquer la complexité des vins de Nantes. Ce genre de journée nous permet de fixer les choses et de bien comprendre les différents crus”.

Côté vignerons, la venue de ces quelque 200 professionnels est un succès. “Ils goutent bien, ils s’intéressent à la technique, au cahier des charges”, indique Vincent Duguet, président du cru Vallet. Pour son jeune collègue, François Ménard, producteur de trois crus, et président de l’association des Jeunes vignerons nantais, pas d’hésitation : “On voit bien qu’on intrigue avec nos crus. Il faut poursuivre pour donner envie. Il faudra qu’on renouvele l’opération l’an prochain”.

 

* : Trois reconnus en 2011 : Gorges, Clisson, le Pallet, puis quatre en 2019 : Château-Thébaud, Tillières-Mouzillon, Goulaine, Monnières-Saint-Fiacre ; et trois autres en instruction à l’Inao : La Haye-Fouassière, Champtoceaux, Vallet.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé