Accueil / Viticulture / Hausses des ventes, des délais et des prix pour les tracteurs et l'agroéquipement

Relance et pénuries
Hausses des ventes, des délais et des prix pour les tracteurs et l'agroéquipement

D'après Axema, les ventes de matériels neufs devraient augmenter de 8 à 11 % par rapport à 2020 en France, atteignant presque les 6,7 milliards d'euros. Ils vont également battre des records à l'export, entre 3,8 et 4 milliards d'euros. Reste les difficultés d'approvisionnements en intrants.
Par Marion Bazireau Le 12 octobre 2021
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Hausses des ventes, des délais et des prix pour les tracteurs et l'agroéquipement
Près de 3000 tracteurs vignerons ont été immatriculés pour la première fois cette année. - crédit photo : Fendt
l

« Les tendances que nous vous avions partagées le 27 mai dernier se sont confirmées » annonce ce 12 octobre David Targy, le responsable du pôle économique d’Axema. Regroupant 230 acteurs industriels de la filière des agroéquipements, l'association annonce à la presse un bilan provisoire très positif sur l’année 2021, « notamment grâce au plan de relance qui aura également un impact sur le second semestre, et début 2022 ».

Les ventes de matériels neufs réalisées par les fabricants et leurs importateurs aux concessionnaires ont progressé de 17 % par rapport au premier semestre 2020 et de 3,5 % par rapport à 2019. « Cette progression s’est faite en ordre dispersé, avec de très beaux chiffres sur le marché des tracteurs, matériels de semis, fertilisation et pulvérisation, contrairement à celui du matériel de récolte, et des machines à vendanger ».

Record d’immatriculations de tracteurs

Près de 25 000 tracteurs ont été immatriculés pour la première fois de janvier à fin septembre, un record depuis 2013. Dans le secteur vignes et vergers, la croissance est de 10,5 % (2 942 immatriculations) par rapport à la moyenne 2015-2019.

David Targy insiste également sur la très bonne dynamique des exportations en Europe, et plus encore dans les pays tiers.

90 % des répondants à l’enquête réalisée par Axema entre le 17 septembre et le 5 octobre jugent leur carnet de commandes bon voire très bon. Un tiers des fabricants de matériel de viticulture et de vinification trouve néanmoins le niveau de commandes moyen ou faible.

6,7 milliards d’euros

Les ventes de matériels neufs devraient augmenter de 8 à 11 % par rapport à 2020 d’ici la fin de l’année en France, atteignant presque les 6,7 milliards €. Elles vont également battre des records à l’export, entre 3,8 et 4 milliards €.

« Face à cette demande très dynamique, le vrai défi des entreprises est d’amoindrir autant que possible la hausse du coût des équipements et les délais de livraison » tempère David Targy.

Les conditions d’approvisionnement se sont en effet empirées depuis le début de l’année. « C’est valable pour les aciers, le caoutchouc, les matières plastiques, les pneumatiques, les composants hydrauliques ou électriques et électroniques ».

Augmentation des prix et délais de livraison

Cette situation conduit à des interruptions de production et rallonge les délais de livraisons de 8 semaines en moyenne.

Les intrants de production coûtent plus cher. A titre d’exemple, l’acier a augmenté de 22 % depuis le début de l’année. « Même si nous notons une amélioration depuis la fin de l’été, son prix devrait rester élevé à moyen terme du fait de la flambée des coûts de l’énergie ».

Résultat, 96 % des adhérents d’Axema ont dû augmenter leur prix en 2021. A la fin août, les matériels agricoles coûtaient 3,4 % plus cher qu’à la même période en 2020.

« Et cela ne tient souvent pas compte des hausses réalisées au printemps » précise David Targy. Fin 2021, la hausse devrait être comprise entre 5 et 10 %.

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé