LE FIL

Collaboration

Pellenc appuie le déploiement du robot vigneron d’Agreenculture

Lundi 11 octobre 2021 par Marion Bazireau

Le chenillard Ceol a déjà tourné dans les vignobles du Sud-Ouest ce millésime. Les partenaires espèrent le commercialiser dès 2022.
Le chenillard Ceol a déjà tourné dans les vignobles du Sud-Ouest ce millésime. Les partenaires espèrent le commercialiser dès 2022. - crédit photo : Agreenculture
Le constructeur viticole Pellenc annonce prendre des parts dans Agreenculture. Cet accord va permettre à la start-up d’industrialiser ses robots et de les commercialiser en France comme à l’International.

Pellenc et AgreenCulture annoncent renforcer leur collaboration, le constructeur devant « actionnaire référence » de la start-up, en précisant que l'équipe fondatrice reste majoritaire et continuera d’assurer la direction de l’entreprise. Ce partenariat va permettre à AgreenCulture d’industrialiser ses robots et de profiter des filiales et grands centres de distributions pour les commercialiser en France comme à l’international.

« Les robots de demain ne seront pas vendus par les start-ups d’aujourd’hui » affirmait Jean-Marc Gialis, le directeur général de Pellenc, en début d’année. Plusieurs entrepreneurs lui avaient demandé de les aider, expliquait-il alors, rappelant que Pellenc travaille déjà de manière tripartite avec Agreenculture et le Comité interprofessionnel des vins de Champagne depuis que les partenaires ont remporté le « challenge robotique » en 2018.

Robots télésurveillés

Ce partenariat « vise aussi à développer une plateforme de services et une suite logicielle associée, permettant entre autres de télésurveiller les robots qui seront déployés, pour offrir aux clients la totalité des services nécessaires à l’utilisation intensive d’engins autonomes » indique Pellenc.

A terme, la plateforme digitale Pellenc Connect, lancée cette année, servira d’interface unique aux clients, pour leurs machines traditionnelles comme pour leurs robots.

Le chenillard Ceol a déjà été présenté dans les vignobles du Sud-Ouest ce millésime. Les partenaires espèrent le commercialiser dès 2022.

« Nous nous concentrons essentiellement sur les tâches répétitives comme le travail du sol ou la pulvérisation confinée. Nous envisageons aussi d’automatiser la prétaille, voire la taille » indique Jean-Marc Gialis.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé